Pin It

commerce bahai fermeCSDHI - Des dizaines de commerces en Iran appartenant à des adetes de la foi bahaïe ont été scéllés par la police parce que les propriétaires les avaient fermé pour célébrer des fêtes religieuses bahaïes.

"Nous n'avons rien fait de mal, mais nous savons que la fermeture des commerces bahaïs à cette échelle à travers le pays n'est pas une coïncidence", a déclaré un chef d'entreprise bahaï de la ville de Karadj qui a demandé à rester anonyme. «Je demande seulement aux autorités d'être justes. Nous aussi, nous sommes iraniens. Nous avons le droit de vivre, d'avoir une famille et de travailler pour subvenir aux besoins de notre famille. J'espère qu'elles ouvriront les yeux.

"Je me suis rendu tous les jours au bureau des affaires et à l'association locale de commerce, mais tout ce qu'ils disent est "Venez demain"... D'autres bahaïs dont les boutiques et commerces ont été fermés récemment n'ont pas non plus obtenu de réponse appropriée ... Ces deux dernières semaines, des douzaines de business bahaïs ont été scellés. Je ne pense pas qu'il y ait une raison autre que notre religion", a-t-il ajouté.

Entre le 6 et le 10 novembre 2016, la police a fermé plusieurs magasins bahaïs à Karaj, a appris la Campagne. Le Service d'actualités mondiales bahaï a également signalé que 104 magasins bahaïs dans les villes de Noshahr, Shahsavar, Tonekabon, Amol, Bahmanir, Kerman, Bandar Abbas et Sari ont été scellés par les autorités iraniennes après leur fermeture temporaire pour célébrer les jours saints bahaïs des 1er et 2 novembre".

Selon le calendrier bahaï, le 1er novembre est l'anniversaire du Bab, le prophète de la foi, et le 2 novembre est l'anniversaire de Bahá'u'lláh, le fondateur de la foi.

La communauté bahaïe est l'une des minorités religieuses les plus sévèrement persécutées en Iran. La foi n'est pas reconnue dans la constitution de la République islamique et ses membres sont victimes d'une discrimination sévère dans tous les domaines de la vie ainsi que des poursuites judiciaires s'ils affichent leur foi en public.

"Le scellement de tant d'entreprises démontre le vide d' assurances selon le gouvernement iranien que la communauté bahaïe n'est pas discriminée", a déclaré Bani Dugal, le principal représentant de la communauté internationale Bahaïe basée à New York, le 7 novembre. "Nous appelons la communauté internationale à dénoncer ces actions injustes et à exhorter le gouvernement iranien à prendre des mesures immédiates, visibles et concrètes pour inverser la situation".

Le propriétaire d'entreprise bahaïe de Karaj a déclaré à la campagne que six agents ont fait une descente dans son atelier le matin du 6 novembre.

"Je leur ai demandé pourquoi ils fermaient mon entreprise", a-t-il dit. "Je n'ai fait aucune réserve ou vendu de la contrebande. Mais tout ce qu'ils ont dit, c'est qu'ils ont reçu un ordre de sceller la boutique. Je leur ai dit : "Pourquoi ne dites vous pas simplement que vous fermez parce que je suis bahaï et je suis maintenant autorisé à avoir un business". L'un d'eux a dit : "Si vous le savez, alors pourquoi le demandez vous ?"

Malgré des décennies de condamnation internationale de leur comportement discriminatoire, les dirigeants iraniens - en particulier le Guide suprême du pays, Ali Khamenei - ont justifié la poursuite de la persécution des bahaïs en les qualifiant d' "impurs" et même interdisant aux musulmans de serrer la main à des membres de cette foi .

Le 6 septembre 2016, la communauté internationale bahaïe a appelé le président Hassan Rohani à mettre un terme à l'injustice systématique de l'Iran envers es citoyens bahaïs en Iran.

Source : Campagne Internationale pour les droits de l'homme en Iran