Pin It

Marzieh Farsi emprisonnée iranIran Panorama, par Hossein Farsi - J'ai été prisonnier politique en Iran pendant 12 ans, dans les années 80, et maintenant je vis en dehors de l'Iran. Je suis conscient du traitement brutal des prisonniers et prisonnières et des tortures qu’ils subissent de la part des agents du régime iranien.

Pendant mon emprisonnement, j'étais inquiet et anxieux pendant de nombreux jours et nuits.

Je me suis souvenu que Lajevardi, le directeur des prisons, nous avait dit en plaisantant : « Je suis le gardien du trésor. Le pays n'a pas de pain supplémentaire pour vous nourrir. Nous vous nourrissons juste assez pour que vous ne mourriez pas, afin que nous puissions tous vous exécuter nous-mêmes. » À cette époque, ma sœur Marzieh Farsi, qui avait 22 ans, venait me rendre visite pour soulager ma douleur.

Le massacre de l'été 1988 est un événement historique. Lors de ce massacre, à la demande de Khomeiny, 30 000 prisonniers politiques ont été secrètement exécutés dans les prisons de la République islamique d'Iran, la plupart en août et septembre 1988, et enterrés dans des fosses communes.

Aujourd’hui, plus de 30 ans après ces événements sanglants, les prisons sont toujours les mêmes, la torture est la même, mais nous espérons que le régime ne pourra pas continuer plus longtemps. Cette fois c'est ma sœur qui est arrêtée et je n'ai pas la possibilité de la rencontrer.

Je la soutiens depuis l'étranger, mais à une autre différence près, le coronavirus a jeté son ombre sinistre sur les prisons. Tôt le matin du 5 février 2020, des voitures se sont arrêtées devant la porte de la maison de Marzieh. Trois ou quatre personnes attendaient dehors dans la voiture, et cinq ou six personnes ont fait une descente chez elle.

Ils ont fouillé partout, même sous les tapis. Ils ont pris un ordinateur, des appareils photo, un téléphone portable, tous les papiers qu'ils ont rencontrés, des photos et des albums. Ils n'avaient pas de papiers légaux officiels, ils ont juste dit que nous devions nous dépêcher d'aller avec eux.

Dans ce raid, les agents du ministère du renseignement du régime iranien ont arrêté 8 personnes à Téhéran : Ahmad Farsi (mon frère) ainsi que sa femme et leurs deux enfants, Marzieh Farsi (ma sœur), son mari et leurs deux enfants, sans aucune ordonnance du tribunal.

La famille d’Ahmad Farsi a été libérée après environ trois semaines d’interrogatoires et d’intimidations. Le mari de sa sœur et leurs deux enfants ont également été libérés après un mois d'interrogatoires, de tortures psychologiques et d'intimidations, mais Marzieh Farsi est toujours détenue dans la prison d'Evine, où elle est torturée et interrogée par les agents du ministère du renseignement du régime iranien.

Marzieh, 53 ans, a à la fois une maladie cardiaque et un cancer. L'année dernière, en 2019, elle a subi une opération pour un cancer. En raison de la pandémie de coronavirus dans la prison d'Evine et de la maladie de Marzieh, sa vie est en danger. Marzieh est une opposante politique au régime iranien et, avec les accusations de sécurité fabriquées de toutes pièces en relation avec son cas, elle pourrait être condamnée à la peine de mort ou à une longue peine de prison.

J'appelle la communauté internationale, les organisations des droits de l'homme et les médias à sauver ma sœur Marzieh. La santé de ma sœur Marzieh est en danger.