Pin It

morts covid 19 iranCSDHI -Le ministère iranien de la santé a renvoyé son représentant dans la province de Gilan, dans le nord du pays, pour des commentaires qui remettaient en cause les chiffres officiels du ministère sur le coronavirus. 

Avant cela, au moins quatre autres fonctionnaires ont été licenciés pour avoir fait des commentaires similaires, y compris un autre représentant du ministère de la santé à Gilan, l'une des régions les plus touchées en Iran.

Le licenciement de Mohammad Hossein Ghorbani a été finalisé il y a deux jours, lundi. L'ancien responsable de la santé avait fait des commentaires qui contredisaient les récentes remarques du président du régime sur la situation de certaines villes de Gilan comme étant « blanches. »

Selon Rouhani, le ministère de la santé définit une région « blanche » comme une zone avec deux semaines de patients sans coronavirus qui demandent des soins médicaux, zéro décès et une augmentation des taux de récupération.

« J'ai mis en garde à maintes reprises sur cette question et je le répète, si les gens pensent que les conditions sont normales, Gilan sera une fois de plus confronté à une crise en termes de propagation du coronavirus », avait déclaré M. Ghorbani à l'agence de presse officielle, Tasnim, le 26 avril.

Il a également déclaré qu'aucune zone de Gilan ne pouvait être considérée comme « blanche. »

Cette déclaration a été faite après que M. Rouhani a annoncé que les activités religieuses allaient reprendre dans 127 villes « blanches » d'Iran.

Le président du régime et le ministère de la santé ont récemment souligné que le nombre d'infections et de décès a diminué dans le pays.

Avant cela, en mars, le ministre de la santé, Saied Namaki, avait licencié son précédent représentant à Gilan pour des raisons similaires.

Mehdi Shadnoush avait déclaré que « les hôpitaux traversaient des moments difficiles » lors de la première vague de l'épidémie qui a durement frappé la province du nord.

Le 12 avril, Hassan Adeli, le directeur adjoint de l'éducation de l'université des sciences médicales de Qom, a été licencié pour avoir déclaré à la télévision officielle que le virus était présent dans la ville religieuse près de Téhéran une semaine avant que le régime n'annonce officiellement les premiers cas.

Il a déclaré que la raison pour laquelle les premiers cas de COVID-19 ont été annoncés à Qom était qu'ils allaient à l'encontre des « protocoles du ministère de la santé » et qu'ils avaient été testés pour le COVID-19.

Tout en essayant de défendre Qom, connue pour ses sites religieux et ses religieux qui y résident, l'ancien responsable de la santé a laissé entendre que le régime n'avait pas autorisé les hôpitaux à tester le COVID-19 dans un premier temps pour tenter de dissimuler l'épidémie.

Le 11 avril, Akhevan Akbari, le directeur de l'université des sciences médicales d'Ardabil, dans le nord-ouest de l'Iran, a été licencié.

Il a été licencié en raison de son soutien au directeur d'un des hôpitaux d'Ardebil qui avait remis en question les statistiques officielles sur le coronavirus, annoncées par l'État.

Ismail Farzaneh, le directeur de l'hôpital Khomeini d'Ardebil, avait déclaré en direct à la télévision que les statistiques officielles sur le coronavirus n'étaient qu' « une partie des chiffres réels. »

Il a déclaré que le ministère de la santé n'incluait dans ses chiffres officiels que ceux qui avaient été testés positifs, même si toutes les personnes infectées n'avaient pas été testées.

Farzaneh a été licencié après ses propos.

Le régime a également licencié le responsable des cimetières de Qom après qu'une vidéo montrant des dizaines de corps dans un cimetière ait été diffusée sur des plateformes de médias sociaux. Le nombre de corps indiquait que le régime dissimulait le véritable nombre de morts dans le pays.

La plupart des Iraniens ne croient pas les chiffres quotidiens du COVID-19 annoncés par le ministère de la santé. Beaucoup soulignent que le régime a toujours couvert les crises passées ou a carrément menti sur les événements qui incriminent les hauts fonctionnaires.

Le ministère de la santé iranien a déclaré aujourd'hui que seulement 5 957 personnes avaient été tuées par le COVID-19.

Mais un groupe d'opposition qui accuse le régime de couvrir l'épidémie a déclaré que le nombre réel de morts avait dépassé 37 200.

Le Conseil national de la Résistance iranienne a déclaré que les chiffres ont été recueillis par des sources crédibles en Iran.

Source : Iran News Wire