Pin It

prisonniers coronavirus iranCSDHI - L'épidémie du coronavirus (COVID-19) dans la prison d'Ardabil en Iran met en danger la vie des prisonniers parce que le gouvernement ne prend pas les précautions de base pour ralentir la propagation.

Le mercredi 22 avril, un prisonnier a été emmené à l'hôpital de Khomeiny avec des symptômes présumés de COVID-19. Il avait été emmené à la clinique de la prison deux jours auparavant avec les mêmes symptômes, mais il n'avait été contrôlé que pour de la fièvre. Il a reçu des médicaments de base et il est revenu dans son quartier aux côtés de détenus qui n'étaient pas malades.

Le lundi 20 avril, un prisonnier du quartier 14 a été transporté à l'hôpital suspecté d’avoir contracté le COVID-19 parce que son état se détériorait. Il a été mis en quarantaine et admis à l'hôpital pour des tests et des soins médicaux beaucoup plus tôt.

La semaine dernière, huit détenus des quartiers 1 et 6 ont été emmenés à la clinique de la prison avec des symptômes de COVID-19 ; deux d'entre eux ont seulement reçu des analgésiques avant d'être renvoyés au côté de patients en bonne santé.

Les autorités tentent de cacher l'épidémie de COVID-19 dans cette prison et refusent de faire des comptes-rendus sur les conditions des prisonniers politiques et ordinaires, ce qui signifie que beaucoup d’entre eux sont en danger d'infection.

C'est un thème commun dans les prisons iraniennes, les autorités ne se souciant pas du tout de la vie des détenus. Dans les prisons de tout le pays, les détenus présentant des symptômes du COVID-19, ou même ceux dont le test est positif, partagent toujours des cellules avec des détenus en bonne santé.

Cette négligence a provoqué des émeutes dans de nombreuses prisons pendant plus d'une semaine et, comme toujours, les autorités ont réagi avec violence, tuant des dizaines de personnes.

Dans la prison centrale d'Oroumieh, plus de 100 détenus sont infectés par le COVID-19 et plusieurs sont décédés, mais les autorités refusent de prendre de nouvelles mesures pour prévenir davantage d'infections et de décès.

Dans des informations connexes, il a été signalé que l'écologiste Sam Rajabi, détenu à la prison d'Evine pour de fausses accusations de sécurité nationale, avait contracté COVID-19. Il a été diagnostiqué le 22 avril, quand il a été transporté à l'hôpital pour une opération non liée, mais il a été renvoyé en prison immédiatement après, selon son avocat, Mohammad Aghassi.

La sœur de Rajabi, Katyoun, a déclaré : « Que doit-il se passer pour que les autorités pénitentiaires croient que la vie de mon frère est en danger ? Sam souffre d'une maladie pulmonaire. Il en a informé (les autorités), mais comme il est un condamné écologiste, personne ne prête attention à ses appels. J'ai annoncé cela publiquement afin que vous (les représentants du gouvernement) ne puissiez pas prétendre que vous n'étiez pas au courant. »

Alors que le militant des droits des enseignants, Esmail Abdi, a été arrêté le 20 avril et renvoyé en prison après avoir tenté de prolonger son congé temporaire, une contradiction totale avec les annonces des mollahs.

Source : Iran Focus