Pin It

morts prisonniers iranCSDHI - Ces derniers jours, le nombre de prisonniers morts du COVID-19 a augmenté dans les prisons iraniennes.

La semaine dernière, deux prisonniers détenus dans la prison de Gezelhesar ont été conduits séparément à l'hôpital Khomeini après avoir montré des symptômes du coronavirus. Les prisonniers Ma’danchi et Nadali Aliabadi sont tous deux décédés à l’hôpital.

Selon certaines informations, l'hôpital aurait mentionné « crise cardiaque » comme cause du décès dans leur certificat de décès.

Il y a eu de nombreuses informations selon lesquelles pour réduire le nombre réel de décès dus aux coronavirus, les autorités ont ordonné aux hôpitaux d'enregistrer d'autres causes que le COVID19 pour leurs patients décédés.

Les informations de la prison de Ghezelhesar à Karaj indiquent que malgré l'épidémie du coronavirus, il n'y a pas de matériel d'hygiène telles que du savon et du détergent pour les prisonniers. Les prisonniers manquent également de masques et de gants. Les cellules ne sont pas désinfectées régulièrement. L'eau de la prison est coupée quatre heures par jour. Les douches sont fermées et il n'y a pas d'eau chaude.

Les détenus soupçonnés d'être séropositifs au COVID19 ont été mis en quarantaine sans aucun traitement ni soin dans la section de prière de la prison.

Ailleurs dans la prison centrale d'Oroumieh, quatre prisonniers sont morts du COVID19 la semaine dernière, portant à sept le nombre de victimes du coronavirus dans cet établissement.

Les quatre prisonniers ont été transportés à l'hôpital Taleghani à Oroumieh, le jeudi 9 avril. Tous ont perdu la vie le même jour à cause du coronavirus.

L'un des prisonniers a été identifié comme s’appelant Anvar Ghorbanzadeh, de la ville d'Oroumieh, au nord-ouest de l'Iran. Il avait été condamné à mort pour meurtre.

Ces prisonniers étaient détenus dans les quartiers 3 et 4 où au moins 500 autres prisonniers sont détenus.

Ils avaient été emmenés dans un autre quartier avec 17 autres prisonniers suspectés d’avoir contracté le COVID19.

L'épidémie de coronavirus dans les prisons, associée au traitement inhumain des prisonniers par le régime, a exposé de nombreux prisonniers à la mort. Les salles de prison, déjà gravement contaminées, sont devenues l'épicentre de la propagation du virus.

Dans la plupart des prisons, notamment à Evine, Qezel-Hessar, Gohardasht, Ardabil, Oroumieh, Quchan, Zahedan, Kermanshah et Sanandaj, le nombre de cas de coronavirus est en augmentation alors qu'il n'existe aucun traitement médical adéquat. Tous les prisonniers sont en danger.

Source : Iran HRM