Pin It

emeutes prison iranCSDHI - Des émeutes ont éclaté dans plusieurs prisons iraniennes, samedi 29 et dimanche 30 mars 2020, en pleine crise du coronavirus qui sévit durement dans le pays.

Une mutinerie a été signalée à la prison d'Adelabad à Chiraz dans la nuit du dimanche 29 mars 2020. Un grand nombre de prisonniers infectés par le coronavirus COVID-19 ont été abandonnés à leur sort sans aucun soin médical. Certains ont réussi à s'évader. Des sources locales disent avoir entendu des coups de feu depuis la prison.

La munitenrie à Adelabad fait suite à des mutinerie dans les prisons de sept autres villes.

Les détenus de la prison de Mahabad, située dans le nord-ouest de l'Iran, ont déclenché une émeute le samedi 28 mars et beaucoup ont pu fuir l'établissement. Ils protestaient contre le refus des autorités de les libérer malgré l'épidémie actuelle du coronavirus dans le pays.  Des affrontements ont éclaté entre les détenus et les gardiens de prison et des coups de feu ont été entendus jusque tard dans la nuit.

Quelques heures avant la mutinerie à la prison de Mahabad, des détenus de la prison Alvand à Hamadan, dans l'ouest de l'Iran, avaient réussi à s'évader lors d'une rébellion. Les gardiens de prison ont ouvert le feu et des sections de la prison ont été incendiées.

Des informations provenant de Téhéran indiquent que les détenus d'un quartier du pénitencier du Grand-Téhéran (Fashafouyeh) ont déclenché une émeute le vendredi 27 mars pour protester contre la propagation du COVID-19 dans l'établissement, om plusieurs détenus sont morts et de nombreux autres ont été contaminés.

À la suite de cette émeute, des gardiens de prison et des unités spéciales ont lancé un raid, jetant les effets personnels des prisonniers sous prétexte d'inspections périodiques. Les autorités ont également interdit tout contact entre les détenus et les membres de leur famille, et des informations indiquent que les détenus sont soumis à d'intenses pressions.

L'agence officielle  IRNA a fait état d’ « affrontements » dans la prison.

Tous les gardiens et les autorités sont en état d'alerte maximale et les forces stationnées dans les bases militaires proches de cette installation sont également en état d'alerte et ont reçu l'ordre de se tenir prêtes face à une éventuelle mutinerie.

Quatre-vingt détenus se sont évadés d'une prison de Saqqez le 27 mars, pour éviter l'épidémie de coronavirus dans les conditions carcérales.

Jeudi, des troubles et des tirs ont également été signalés dans la prison de Tabriz, capitale de la province d'Azerbaïdjan de l'Est.

Source : Iran HRM