Pin It

travailleurs iraniens iranCSDHI - Le régime iranien a recours à des mesures de sécurité et judiciaires pour répondre aux demandes des travailleurs au cours des 41 dernières années.

Cela comprend les convocations, les menaces, l'expulsion du travail et les décisions de justice statuant pour des coups de fouet et même des peines de prison.

La gravité de la menace du Coronavirus en Iran a conduit à la mise en quarantaine de nombreux travailleurs, beaucoup d'entre eux sont obligés de travailler malgré l'épidémie, mais les travailleurs dont la vie et les moyens de subsistance sont liés au travail quotidien ne sont pas heureux dans le pays.

Alors que le régime a refusé de mettre les villes en quarantaine, les Iraniens ont été contraints de le faire eux-mêmes, et de bloquer les rues et les entrées de leurs villes.

Le président iranien Hassan Rouhani, lors de la conférence « Corona Economic Headquarters », le 15 mars, tout en s'opposant à toute quarantaine, a déclaré : « Nous n'avons pas ce qu'on appelle une quarantaine. La rumeur dit que certains magasins et certaines entreprises sont mis en quarantaine à Téhéran ou dans certaines villes, cela n’est pas vrai ». Il a ajouté : « Tous les emplois continueront leurs activités. »

Dans certains endroits, les travailleurs des unités de fabrication et de services sont toujours au travail. Les travailleurs du bâtiment sont confrontés à de nombreux problèmes : ils n’ont pas d'emploi permanent, de revenu mensuel fixe et d'assurance, et le problème de l'épidémie de virus s'ajoute à leurs préoccupations en matière de chômage.

Selon les statistiques, plus de 96 % des contrats de travail écrits et enregistrés en Iran sont temporaires !

Ali Khodai, membre du Conseil supérieur du travail, a annoncé en août 2019 les chiffres de la télévision officielle, la présence de 5,3 millions de « travailleurs clandestins » dans des lieux de travail hors de la supervision du ministère du travail et sans assurance ni contrat et a déclaré que les syndicats sont au centre de la prévalence des contrats ouverts.

Les petits vendeurs, les producteurs d'aliments locaux, les infirmières à domicile des détaillants, les nettoyeurs, les femmes de ménage à temps partiel, les assistants de couture et de coiffure, les vendeurs de métro et ... sont classés comme des emplois informels, et concernent des personnes qui n'ont pas d'assurance, d’avantages légaux ou contractuels.

En outre, selon les données du Centre suprême de recherche sur la sécurité sociale, environ 3 millions de femmes occupent des emplois informels ou sont au chômage.

Ali Aslani, chef du conseil provincial du travail d'Alborz, sur la situation des travailleurs au plus fort de l'épidémie du coronavirus, a déclaré : « Par les instructions aux organisations et aux entreprises sur la prévention du coronavirus, les travailleurs ont été ignorés, de nombreux employeurs ont mis en œuvre les instructions et d'autres non, de nombreux travailleurs se plaignent d’être aussi des êtres humains. »

Mais les travailleurs dont les travaux ont été arrêtés ou mis en quarantaine ne vont pas bien. Les entreprises et les bureaux ont déclaré que les travailleurs à temps partiel devaient prendre des vacances jusqu'à la mi-avril. Un chômage imposé et un licenciement implicite avec le moins de soutien juridique ou financier.

Ces travailleurs sont doublement exposés au risque d'être infectés par le coronavirus sans avoir de moyens de subsistance, car ils ne peuvent pas se permettre des mesures préventives telles que les désinfectants en raison de leur coût élevé, en plus de ne pas pouvoir supporter le coût de la vie pendant la quarantaine.

Les soins de santé nécessaires sont chers, en particulier pour les familles à faible revenu, et parfois insupportables. De plus, ces activités nécessitent moins de travail et donc moins de revenus pour de grands groupes de la société, ce qui entraînera à terme une pression accrue sur les dépenses des ménages.

Le cycle qui va s'enclencher est le suivant : le coronavirus, associé à la pauvreté, va entraîner la propagation et la maladie du virus, et la réplication de la maladie à une inflation plus élevée et l'inflation à une nouvelle épidémie de coronavirus.

En fait, le régime a placé ces strates entre deux choix qui n'échappent pas à la mort : la mort par le coronavirus ou la mort par la famine.

Selon les règles de l'Organisation Mondiale de la Santé, si un gouvernement met en quarantaine un groupe de personnes, il est obligé de répondre à leurs besoins. Il en va de même dans des pays comme la Chine, la Corée du Sud et l'Italie qui ont tenté de mettre en quarantaine.

Mais le régime, qui ne veut pas et ne peut pas se conformer aux exigences de la quarantaine, et son président qui affirme qu'il n'y aura pas de quarantaine, conseille et même oblige les gens à rester chez eux.

Mohammad Bagher Nobakht, le chef de l'organisation de la planification et du budget du régime, a annoncé une subvention gratuite de 200 à 600 000 tomans (44 à 133 euros) aux ménages à faible revenu en deux phases, qui sera accordée à environ 3 millions de personnes.

Le président du régime a déclaré dans le passé que 18 millions de ménages, soit environ 60 millions de personnes, avaient besoin d'aide.

Et le dernier mot revient à Heydar Ali Abedi, membre de la Commission parlementaire de la santé du régime, qui a déclaré : « La quarantaine, c'est bien, mais nous ne pouvons pas. La quarantaine nécessite des outils que nous n'avons pas. »

Source : INU