Pin It

propagation coronavirus en IranCSDHI - Le nombre de personnes contractant le Coronavirus et celles qui sont suspectées l’avoir contracté est en augmentation dans toutes les principales prisons iraniennes.

Ceci alors que les ressources et équipements médicaux minimaux dans les établissements pénitenciers iraniens pour diagnostiquer ou prévenir la propagation de ce virus font défaut.

Un prisonnier du pavillon 3-4 de la prison centrale d'Oroumieh est mort à l'hôpital de Khomeini la semaine dernière. Il s'agissait de Farid Mohammadi qui avait été hospitalisé pendant 20 jours.

La famille de M. Mohammadi affirme qu'il a contracté le virus alors qu'il était à l'hôpital. Seize prisonniers soupçonnés d'avoir contracté le coronavirus ont été retirés de la prison centrale d'Oroumieh. Le dernier cas en date a été enregistré dans la nuit du jeudi 27 février, lorsqu'un prisonnier qui avait été testé positif a été envoyé à l'hôpital.

Trois prisonniers soupçonnés d'avoir contracté le coronavirus ont été transférés du service des mineurs et du service 14 de la prison centrale d'Oroumieh à l'hôpital.

Le 23 février, treize prisonniers ont été transférés du prétendu quartier ouvrier de cette prison à l'hôpital. La prison d'Urmia ne dispose pas des ressources et des équipements médicaux et médicaux minimaux. La seule mesure prise a été de donner un masque à chaque détenu et de nettoyer le sol de la prison avec des désinfectants.

Les autorités pénitentiaires et le responsable de la santé évitent d'entrer dans les salles. Ils ont dit aux prisonniers de se procurer leurs fournitures de soins de santé et les médicaments nécessaires auprès de leur famille à l'extérieur de la prison.

Quatre détenus soupçonnés d'avoir contracté le coronavirus sont mis en quarantaine dans le Grand pénitencier de Téhéran. En raison de la surpopulation carcérale dans cette prison et du manque de ressources médicales et de soins de santé de base comme les savons liquides et solides, la propagation rapide du virus est très probable dans cette prison.

Contrairement à ce que le pouvoir judiciaire a déclaré qu’il n’admettait pas de nouveaux prisonniers ces derniers jours, il a été signalé que des prisonniers étaient toujours admis dans les prisons.

Le mercredi 26 février, Hassan Qobadi, directeur adjoint de la prison de Rajaï Chahr s'est rendu au Grand pénitencier de Téhéran pour superviser le transfert d'un certain nombre de prisonniers qui faisaient la cuisine et d'autres services au GPT vers le quartier des travailleurs de la prison de Rajaï Chahr.

En outre, le dispensaire de la prison de Rajaï Chahr ne prend que la fièvre des prisonniers qui se présentent à la clinique avec une mauvaise toux et de la fièvre et leur donne des palliatifs. Ils ne leur donnent même pas de masques et de gants pour empêcher la propagation de la maladie.

Des rapports des services 4 et 7 de la prison d'Evine à Téhéran indiquent également que le virus se propage dans cette prison. Certains prisonniers présentent des symptômes de fièvre et de toux.

On estime que le nombre de décès dus au COVID-19 dépassait les 500 au 29 février. Entre-temps, le régime iranien fait tout son possible pour empêcher la divulgation du nombre réel de victimes. Le nombre de personnes ayant contracté le virus est estimé à des dizaines de milliers.

Selon ces informations, au moins 150 victimes sont décédées à Qom, 100 à Téhéran, 100 dans la province de Mazandaran, 37 à Arak et Saveh, 37 à Ispahan, Homayounshahr et Najafabad, 24 à Kashan et 22 à Gilan. En outre, plusieurs autres personnes sont décédées à Mashhad, Kermanshah, Karaj, Semnan, Bandar Abbas, Yazd, Ilam, Yasuj, Khorramabad, Neyshabour et Hamadan. Le régime clérical a cependant fixé le nombre de morts à 43 et le nombre de ceux qui contractent le virus à 593.

Source : Iran HRM