Pin It

echecs championnat iranCSDHI - Cette photo a conduit à l'expulsion du grand maître d'échecs Mitra Hejazipour de l'équipe nationale car elle avait retiré son hijab lors du championnat du monde d'échecs Rapid & Blitz à Moscou

La politique iranienne de hijab obligatoire a été constamment louée par le Guide suprême, l'Ayatollah Khamenei, mais, une fois de plus, elle a volé le sport iranien à l'une de ses figures les plus brillantes.

Le 2 janvier, Mehrdad Pahlevanzadeh, présidente de la Fédération iranienne des échecs, a expulsé la grand-maître Mitra Hejazipour de l'équipe nationale pour avoir retiré son foulard lors du Championnat du monde d'échecs rapide et blitz à Moscou. « Elle n'a plus sa place dans l'équipe nationale de la République islamique », a annoncé Hejazipour.

Hejazi, 27 ans, qui vit en France, a depuis rendu public ses sentiments au sujet du hijab forcé dans un post Instagram. « Ma vie a été dominée par le hijab forcé », écrit-elle. « À mon avis, le hijab forcé est un symbole clair d'une idéologie qui considère les femmes comme le deuxième sexe. » Elle ajoute qu'elle ne veut plus jouer à faire semblant d’ « d'aimer le hijab » et dit qu'elle exprime ses croyances « sans aucune crainte. »

Rien que le mois dernier, deux champions sportifs et le principal arbitre des échecs iraniens ont fait leurs adieux à leur pays. Alireza Firouzja, le prodige iranien des échecs, a demandé l'asile en France en raison de l'interdiction de la République islamique de se mesurer aux Israéliens. Shohreh Bayat, arbitre de la Fédération internationale d'échecs (FIDE), a participé au Championnat du monde d'échecs féminin sans hijab et elle a peur de retourner en Iran car elle pourrait être arrêtée. Et, le 12 janvier, Sara Khadem, un maître international d'échecs et une femme grand maître, a démissionné de l'équipe nationale d'échecs.

C’est maintenant au tour de Mitra Hejazipour.

Mais ce ne sont pas seulement les jeunes joueurs d’échecs qui quittent l’Iran. Parmi les transfuges figurent Mobin Kahrazeh, le champion de boxe iranien de 81 kg, qui a demandé l’asile en Autriche au début de 2019, et Saeid Molaei, le champion international de judo qui s’est réfugié en Allemagne, à cause de l’interdiction de compétiter contre les Israéliens.

La plus connue des transfuges en 2020 est Kimia Alizadeh, une athlète de taekwondo qui a été la première athlète iranienne à remporter une médaille olympique. En janvier dernier, elle a annoncé qu'elle avait quitté l'Iran parce qu'elle ne voulait pas prendre part à "l'hypocrisie, aux mensonges, à l'injustice et à la flatterie ». Dans une déclaration publiée sur les réseaux sociaux, elle a déclaré : "Je fais partie des millions de femmes opprimées en Iran dont ils se jouent depuis des années ». « J'ai porté tout ce qu'ils m'avaient dit et répété tout ce qu'ils avaient commandé. J'ai répété chaque phrase qu'ils avaient ordonnée. Aucun de nous ne compte pour eux, nous ne sommes que des outils. « Elle a ajouté que bien que le gouvernement ait exploité son succès sportif politiquement, les autorités l'ont humiliée avec des commentaires tels que : « Il n'est pas vertueux pour une femme de se dégourdir les jambes. »

Avant les récentes défections, le Guide suprême avait à plusieurs reprises fait l’éloge des athlètes féminines qui participaient à des événements sportifs internationaux portant, comme il le dit, le « hijab islamique ». Par exemple, le 21 août 2016, après que Kimia Alizadeh a remporté une médaille de bronze au 2016 Jeux olympiques d'été à Rio de Janeiro, il a tweeté une photo d'elle portant le hijab et a écrit en anglais : « J'exprime de tout cœur ma gratitude à toutes les athlètes féminines qui participent à des événements internationaux avec le hijab. »

« Musulman, pas de contact »

La publication Instagram de Mitra Hejazipour, gagnante du Championnat continental féminin asiatique de 2015, est la suivante : « Ma vie sous le joug du hijab forcé a commencé quand j'avais six ans, avec la phrase : « Chère nièce, ne serait-il pas préférable de porter votre foulard ? « Après cela, j'ai dû porter le hijab tout le temps, même quand j'étais au sein de la famille. Je me conformais si bien que parfois j'étais présentée comme un modèle pour les autres.

« Je me souviens encore de mon premier voyage à l'étranger en tant que membre de l'équipe nationale (Hejazipour a remporté la médaille d'argent au Championnat du monde féminin des moins de 10 ans en 2003). J'avais neuf ans. J'ai été stupéfaite par des Allemands aux cheveux blonds qui nous regardaient avec étonnement et se tenaient à distance des gardiennes de l’équipe, vêtues d’un tchador, qui priaient non pas dans un coin mais au milieu de l'aéroport. Nous étions tous étonnés - les Allemands par la façon dont nous étions habillés et nous par leur regard implacable.

« Je me souviens de mon petit ami allemand qui voulait me serrer la main pour me féliciter, mais le superviseur de l'équipe m'a fait signe de ne pas serrer la main et a effrayé le garçon en disant : « Musulman, pas de contact ! » Et nos photos portant un foulard et de longs manteaux qui avaient l'air horrible pour nous et a attiré l'attention de tout le monde parce qu'ils étaient si laids.

« Dans mes activités dans les années qui ont suivi, j'ai continué à obéir aux règles qui avaient été profondément ancrées dans mon esprit. Pendant des années et des années, je n’étais pas avisée par rapport à tout cela, mais maintenant je comprends bien comment, dès l'enfance, ils nous amènent dans leur jeu préféré et nous transforment en marionnettes pour promouvoir leurs pensées et leurs idéaux sans que nous en soyons conscients.

« Des manuels religieux de l'école primaire à l'université, des images et des graffitis sur les murs aux brochures et calendriers et des programmes télévisés aux noms des rues - ils sont présents à chaque instant de notre vie et, si vous regardez attentivement, vous verrez que le rôle joué par chacun de nous dans la diffusion de cette propagande n'est pas négligeable. En posant des briques que nous pourrions considérer comme petites et insignifiantes, nous aidons à construire l'édifice du malheur qui nous est arrivé. Nous avons nous-mêmes nourri ce monstre. En tout cas, il est peut-être tard, mais j'ai décidé que je ne contribuerais plus à nourrir ce monstre hideux et je ne jouerais plus le jeu de « nous aimons le hijab et nous n'avons aucun problème avec ça ».

« Je crois que le hijab forcé est un symbole clair d'une idéologie qui considère les femmes comme le deuxième sexe. [Cette idéologie] crée une montagne de restrictions pour les femmes et leur refuse leurs droits les plus fondamentaux. Est-ce pour les protéger ? Non, dis-je de manière décisive. C'est seulement et uniquement pour les contraindre. »

Source : IranWire