Pin It

esmaeilion fille femme décédées crash avion iranCSDHI - Esmaeilion a perdu sa femme, Parisa Eghbalian, et sa fille, Rira, pendant le vol PS752 du Boeing de la Compagnie internationale aérienne ukrainienne, qui s’est crashé, le 8 janvier 2020, près de Téhéran, en Iran.

Des informations américaines suggèrent que c'est un missile iranien qui a fait tomber l'avion. La fille d'Esmaeilion, Rira, fait partie des personnes qui sont mortes.

La fille d'Esmaeilion a été tuée lorsque l'avion s'est écrasé peu de temps après avoir quitté Téhéran.

Esmaeilion, qui a perdu sa femme et sa fille, a écrit : « Ce soir à Toronto et ailleurs dans le monde et peut-être en Iran, des bougies seront allumées pour nos bien-aimés. »

La première semaine de la nouvelle décennie a été la plus éprouvante que l'Iran ait connue depuis longtemps. Elle a été pleine de peur et de stress, même selon les normes d'un pays plongé dans l'une ou l'autre crise depuis des années. Pourtant, le matin du 9 janvier 2020, un soupir de soulagement a été exprimé par les Iraniens lorsque le président Trump a confirmé que les attaques iraniennes contre les bases irakiennes abritant des troupes américaines n'avaient fait aucun blessé et donc une réponse américaine immédiate (ce qui aurait représenté une guerre totale) a été évitée.

Cependant, pour un certain nombre d'Iraniens, il ne devait pas y avoir de soulagement.

Juste au moment où des dizaines de missiles iraniens pleuvaient sur des bases militaires en Irak, un avion de passagers au départ de Téhéran vers Kiev s'est écrasé peu de temps après le décollage. Les 176 personnes à bord du vol 752 (PS752) d'Ukraine International Airlines sont décédées. La compagnie nationale ukrainienne est une option de transit populaire pour les Iraniens qui tentent de se rendre à l’Ouest. Sur les 167 passagers de ce vol, 138 se rendaient au Canada, qui abrite la communauté iranienne la plus dynamique à l'étranger. Beaucoup de victimes étaient des Irano-Canadiens. Au moins 63 citoyens canadiens sont morts dans ce qui a été l'incident d'aviation le plus meurtrier au Canada depuis 1985, le vol 182 d’Air India, qui a été abattu par des terroristes sikhs extrémistes.

Qu'est-ce qui a fait tomber le PS752 ? Et était-ce lié aux missiles que l'Iran tirait vers l'Irak ? Au moment où j'écris ces lignes, les informations américaines suggèrent que c'est un missile iranien qui a fait crasher l'avion - une possibilité qui a conduit à une réponse iranienne enragée.

Les familles des victimes ne manqueront pas de réclamer la vérité. Dans un pays comme l'Iran, où la censure est lourde et où la recherche de faits et des informations peut souvent vous conduire en prison, une longue bataille pour la vérité sur le PS752 promet de faire rage. Les autorités n’ont pas aidé en refusant de remettre la boîte noire, malgré le fait que des experts indépendants ont affirmé que l’Iran n’a pas l’expertise nécessaire pour analyser les dossiers de vol. Pour aggraver le tout, certains responsables ont choisi la méthode préférée de la République islamique : l’intimidation.

Écrivant sur Twitter, Hessaemedin Ashena, un conseiller bien connu du président iranien Rouhani, a averti : « Les acheteurs nés en Iran des médias en langue persane » devraient « s'abstenir de se joindre à la guerre psychologique au sujet de l'avion iranien et de collaborer avec les Iranophobes ».

Mais la politique du gouvernement consistant à nier la vérité aura un adversaire redoutable qu’il n’aurait pas pu prédire : Hamid Esmaeilion, un écrivain de 42 ans qui est facilement l’auteur de fiction en persan le plus talentueux de sa génération.

Esmaeilion a perdu sa femme, Parisa Eghbalian, et sa fille, Rira, dans le vol et il est déjà apparu comme un défenseur public de la quête de justice et de vérité pour les familles des victimes.

Il y a de la poésie amère dans cette tâche qui est tombée sur l’endeuillé Esmaeilion. Né en 1977 dans la ville ouest-iranienne de Kermanshah, près de la frontière irakienne, il vient de ce que de nombreux Iraniens ont appelé, la génération brûlée. Ce sont des gens qui étaient trop jeunes pour avoir payé le moindre prix lors de la tumultueuse révolution iranienne de 1979, mais leur enfance a été bercé par les années difficiles des années 80 années de guerre avec l’Irak, les pénuries dans la société et la répression draconienne de l’État de la République islamique naissante. La collection de nouvelles d'Esmaeilion, Thyme is Not Pretty, présente six histoires qui se déroulent dans les années 1980 et tournent toutes autour de la vie des jeunes et des classes moyennes de cette génération brûlée. Ses protagonistes vivent tous dans une seule rue à Kermanshah, une ville connue pour son endurance face aux difficultés et pour sa convivialité entre les persans et les kurdes.

Mon œuvre préférée d'Esmaeilion est son Gamasiab Doesn't Have Fish, une rare nouvelle historique en persan qui donne vie à des personnages de la société post-révolutionnaire iranienne : ceux qui prennent les armes contre le régime ainsi que ceux qui se battent pour lui sur les champs de bataille irakiens.

Esmaeilion a désormais promis de mettre son talent au service de la justice et de la vérité sur l'avion qui s’est crashé.

En quittant Toronto pour Téhéran, en passant par Francfort, il n'a pas tardé à consulter sa page Facebook et à parler à son peuple. Dans son premier message après la catastrophe, plein de chagrin, il a souhaité que sa propre mort survienne plus tôt et a parlé d'aller au « Nothingland » (Néant), une phrase qui a touché la corde sensible de nombreux Iraniens vivant ces moments difficiles.

Dans un autre poste enhardi, Esmaeilion a pris un ton plus provocateur. Il a demandé aux victimes de lui communiquer leurs coordonnées et a promis de se battre pour elles.

« J'ai mis mes chaussures de fer », a écrit Esmaeilion, « j'ai aiguisé mon stylo. Comme toujours, j'ai ma rage avec moi. Ils m'ont envoyé deux prêtres à l'aéroport de Francfort pour me calmer. Je suis très calme mais ce sera une autre histoire à Téhéran, quand j'arriverai dans quelques heures. »

« Je suis un enfant de cette terre et je connais toute l'histoire », a écrit l'écrivain en colère. « Je ne suis pas d'humeur à l'apaisement. Tout ce qui pourrait me calmer, c'est la poursuite et la découverte de la vérité. Je sais que je n'ai d'autre soutien que la famille des victimes et vous, le peuple. »

Les Iraniens du Canada et d'ailleurs ont rapidement organisé des veillées de bougies pour les victimes. Esmaeilion l'a vu et a écrit : « Ce soir à Toronto et dans d'autres endroits du monde et peut-être en Iran, des bougies seront allumées pour nos bien-aimés. Je suis ému par la flamme tremblante de ces petites bougies. »

Regardez la vidéo de Hamid Esmaeilion sur Twitter

Dans une société pleine de mensonges, l'écrivain furieux ne sera pas seul dans sa quête de la vérité. Les réactions sur Twitter disent ce qui va arriver.

« Jusqu'à ce que la vérité soit dévoilée, nous sommes tous Hamed Esmaelion », a tweeté Sam Reza. « J'espère qu'il s’avèrera qu'il s'agissait d'une défaillance technique sinon ... »

Les obscurs de la vérité auraient des raisons de craindre cet avertissement. D'autres pourraient penser à une série de poèmes du contemporain iranien Ahmad Shamloo : « Méfiez-vous le moment venu ! Quand les mères en noir, celles qui pleurent les plus beaux enfants du soleil et du vent, finiront leurs prières. »

Source : Iran Wire