Pin It

soleimani iranCSDHI - Il y a environ cinq ans, lorsque Qasem Soleimani, le commandant de la Force Qods, était au sommet de son art, un site Web dirigé par l’État iranien a écrit que seuls Batman, Superman et Spiderman seraient en mesure de l’éliminer.

Il s’est avéré que le général, responsable de la mort de milliers d’Iraniens, d’Américains, d’Irakiens et de Syriens, n’était pas invincible après tout.

Aux premières heures du 3 janvier, Soleimani a été tué lors d'une frappe aérienne américaine ciblée sur l'aéroport de Bagdad.

Stratégies de Khamenei

Le guide suprême iranien Ali Khamenei suit deux stratégies pour maintenir son pouvoir.

La première est la répression intérieure qui est systématiquement appliquée depuis 41 ans. La dernière répression brutale a eu lieu en novembre 2019, lorsque des milliers d'Iraniens sont descendus dans les rues d'au moins 190 villes pour demander un changement. Craignant sa chute, le régime a tué au moins 1 500 civils dans les rues et plus tard en prison sur l’ordre direct de Khamenei. Mais Khamenei n'a pas réussi à étouffer les protestations et la colère croissante des Iraniens qui attendent juste une occasion pour renverser le régime.

La deuxième stratégie de Khamenei est son influence dans les pays de la région qu’elle exerce par le terrorisme. Qasem Soleimani était le bras droit de Khamenei pour cette stratégie. Soleimani était si apprécié qu'en 2019, Khamenei l'a décoré de l'« Ordre du Zolfaghar », la plus haute distinction militaire de l'Iran, pour le remercier de ses réalisations en tant que commandant de la Force Qods, une division des pasdarans (IRGC) principalement responsable des opérations militaires extraterritoriales et clandestines.

Soleimani a été un acteur clé des activités terroristes de Khamenei dans la région. Il voyageait constamment à destination et en provenance de l'Irak et de la Syrie, renforçant le lien entre le régime et ses mandataires. Sans lui, réparer ce lien brisé sera un défi pour Khamenei car sa mort a porté un coup dur aux milices soutenues par l'Iran qui le considéraient comme leur « héros ».

Erreur de calcul de l'Iran

Le régime iranien a intentionnellement créé des tensions dans la région au cours des derniers mois, essayant de faire chanter la communauté internationale en attaquant un drone de surveillance américain dans le détroit d'Ormuz et les installations pétrolières saoudiennes. Les deux attaques sont restées sans réponse.

La dernière goutte a été son attaque de la semaine dernière contre une base militaire irakienne à Kirkouk, qui a tué un entrepreneur américain et en a blessé plusieurs autres. La mort de l'entrepreneur a mené à un assaut américain direct contre une milice soutenue par l'Iran en Irak.

Cela, à son tour, a déclenché une attaque contre l'ambassade des États-Unis à Bagdad par des milices soutenues par l'Iran qui ont ouvertement scandé en faveur de leur « commandant » Qasem Soleimani.

Selon le Washington Examiner, Trump aurait pris la décision d’éliminer Soleimani après l'attaque de l'ambassade des États-Unis.

Le régime a mal calculé la réponse des États-Unis à leur attaque contre l’ambassade des États-Unis et aux précédentes attaques de missiles en Irak, visant à faire dérailler les manifestations en Irak qui ont appelé à l’expulsion de l’Iran et de ses mandataires. Non seulement il n’a pas réussi à détourner les manifestations en Irak, mais il a perdu ce que certains appelaient l’homme irremplaçable « numéro deux » du régime.

Avec les protestations actuelles qui ont effectivement transformé l'Iran en baril de poudre, beaucoup pensent que la mort de l'acteur clé de Khamenei dans sa stratégie de terrorisme régional a annoncé la chute de la théocratie iranienne en 2020.

Source : Iran News Wire