Pin It

prison iranStar Tribune - Téhéran, Iran - L’Iran a condamné deux militants syndicaux dans le sud du pays à une peine de prison de cinq ans chacun pour avoir participé à une manifestation de janvier au sujet de retard de paiement de salaires de plusieurs mois, a déclaré l’agence de presse semi-officielle ILNA mardi.

Un troisième travailleur de la même région a également été condamné à cinq ans de prison pour avoir soutenu une grève des travailleurs l'année dernière. ILNA n'a pas dit quand les peines ont été prononcées.

Les deux militants arrêtés en janvier - Esmail Bakhshi et Mohammad Khanifar - sont des ouvriers d’une sucrerie. Ils ont été arrêtés à la suite d'une manifestation des travailleurs de l'usine Haft Tapeh, dans le sud de la province du Khouzistan.

Une autre militante syndicale du Khouzistan, Sepideh Gholian, a été arrêtée lors d'une manifestation dans le cadre d'une grève des travailleurs en octobre 2018. Elle a été libérée en octobre de cette année moyennant le paiement d’une caution d'environ 117 000 €.

Avant son arrestation, Bakhshi a écrit sur sa page Instagram qu'il avait été battu et torturé pendant sa détention provisoire. Il a été libéré sous caution (63 000 €) en octobre. On ignore si Khanifar a également été libéré sous caution.

Les trois activistes dont ILNA a rendu compte de la condamnation n’étaient pas liés aux manifestations du mois dernier en Iran au sujet de la flambée des prix de l’essence et de la répression des forces de sécurité qui a suivi. Amnisty International a déclaré lundi qu’au moins 304 personnes ont été tuées lors de ces manifestations antigouvernementales. Mais ce chiffre est certainement beaucoup plus élevé, (l’OMPI/MEK estimant le nombre de mort à 1500) compte tenu de la coupure d’internet par le régime dès le premier jour du soulèvement, ce qui a empêché les informations de circuler à l’intérieur du pays comme à l’extérieur.