Pin It

journée étudiante manifestations iranCSDHI - Le président iranien Hassan Rouhani évite les jeunes ces jours-ci. Cette attitude d'évitement, voire de peur, a également été constatée lors de la Journée nationale des étudiants en Iran.

Contrairement aux années précédentes, Rouhani ne s’est pas rendu à l'Université de Téhéran lors de la Journée des étudiants ; au lieu de cela, il a choisi de faire, plus tard, une conférence à l'Université de Farhangian pour participer à cette journée.

Quelle était la raison de l’absence du président sur le podium de l'Université de Téhéran ?

Une personne de sa faction a répondu à cette question :

« Pourquoi le président n'est-il pas venu à l'Université de Téhéran ? Parce qu'il savait qu'en fait aucune des factions étudiantes ne l’accompagnerait, et tous les conseillers ont également dit à Rouhani que toutes les classes d'étudiants, les étudiants indépendants, les gauchistes et les partisans du réformisme, les étudiants conservateurs et à la frontière de la résistance dans leur intégralité étaient opposés à M. Rouhani. Et indépendamment des étudiants, M. Rouhani savait que les professeurs et le personnel universitaire étaient également opposés à lui. » (Quotidien officiel Arman, Sadeq Ziba-Kalam, 9 décembre 2019)

Sadeq Ziba Kalam, qui est de la faction de Rouhani, dit explicitement que Rouhani n’était pas présent à l’université de Téhéran par peur des étudiants alors qu’ils sont désormais connectés au peuple, concernant les manifestations

Échapper à la peur de l'audit

Le 10 décembre, le journal Resalat s'est moqué de la décision de Rouhani et a écrit : « Dieu nous pardonne ; nous avons suspecté pour quelle raison notre cher président ne s’est pas rendu à l'université lors d'une journée étudiante ; peut-être ne savait-il pas ce que représentait la journée du 7 décembre (la Journée des étudiants iraniens) et c’est un peu comme s'il ne connaissait pas l'essence (la hausse des prix) ? Nous ne savons pas et nous ne jugeons pas ! »

Le président du régime a dû donner une conférence dans une université. Après le soulèvement de novembre, il préférait fréquenter les lieux publics, alors il a délibérément choisi l'Université de Farhangan de peur que les étudiants ne le défient.

Le journal officiel Vatan explique la raison de ce choix : « Hassan Rouhani ... en se rendant à l'Université de Farhangian, a choisi cette université, alors que cette université est loin des activités étudiantes comme les autres universités de la capitale, pour la journée de conférence des étudiants. »

Échapper à la caméra pour échapper à la contestation

Mais la panique de Rouhani était si grande qu’en plus de choisir le bon endroit, il a même empêché les médias et les caméras de télévision d’entrer sur les lieux. Comme l'a écrit Kayhan, un journal affilié au Guide suprême iranien :

« Rouhani était présent lors de la cérémonie de la Journée étudiante alors qu'aucune des agences de presse n'était présente, et il n'y a pas eu de retransmission télévisée en direct du discours du président, et seule la couverture de la cérémonie a été publiée sur le site d'information présidentiel. » (Kayhan , 10 décembre)

Le journal officiel Resalat a écrit : « Rouhani fuit la contestation » ... « Le comportement du président au cours des dernières semaines et des derniers mois montre qu'il est profondément préoccupé par le fait de faire face à de graves critiques et, par conséquent, échappe à la confrontation critique et se heurte à des contestations. »

La peur des jeunes et des étudiants ne se limite pas à Rouhani et à son comportement ridicule. Plus tôt, le Guide suprême du régime s'est lancé dans la « clémence » et a ordonné d’adopter une attitude sympathique envers les familles des personnes tuées lors du soulèvement, celles qu’il avait précédemment qualifiées de « voyous » et ordonné leur massacre. Cela révèle que le régime a peur de la colère du peuple.

Les murs de la peur de la dictature se sont effondrés dans la société iranienne. La pyramide de la peur s’est inversée, et maintenant le dictateur est celui qui craint la colère du peuple iranien.

Source : Iran Focus