Pin It

bain de sang manifestations iranCSDHI - En Iran, un bain de sang a littéralement eu lieu. La vague de répression et de massacre est signalée à un rythme sans précédent depuis sept jours. Les chiffres parlent : Plus de 250 morts, 3 700 blessés et près de 7 000 manifestants arrêtés.

L'odeur de la poudre à canon, du sang et des balles a rempli l'atmosphère de plusieurs villes iraniennes pendant près de sept jours. La déconnexion Internet persiste depuis cinq jours et le monde manque d'informations précises et correctes venant de l'intérieur de l'Iran.

La violence et les massacres sans précédent perpétrés en Iran ont choqué de nombreux observateurs politiques. D'autre part, les forces de sécurité iraniennes reconnaissent progressivement l'intensité de la répression actuelle.

Les États-Unis sanctionnent le ministre des technologies de l’information et des communications, Mohammad Jahromi, pour son aide à la fermeture du réseau Internet iranien. Nous allons tenir les membres du régime iranien pour responsables de leur répression violente contre le peuple iranien. # Internet4Iran, Secrétaire d’Etat, Pompeo (@SecPompeo), le 22 novembre 2019.

Répression continue des manifestations

L'amiral Ali Fadawi, commandant en chef adjoint du Corps des gardiens de la révolution (les pasdarans), a récemment déclaré : « Il nous a fallu 48 heures pour prendre le contrôle des émeutes, ce qui signifie que les émeutes ont pris fin 48 heures après samedi après-midi. Le premier jour, 28 provinces et 100 villes ont été impliquées. Par exemple, lorsque je me suis entretenu avec des commandants provinciaux des pasdarans, ils ont comparé ces émeutes à l'opération Karbala-4 », a-t-il déclaré à propos de l'opération massive lancée par l'Iran contre l'Irak au cours des dernières années de la guerre 1980. La partie iranienne a subi de lourdes pertes parmi des dizaines de milliers de personnes. «Les émeutiers avaient également acheté des outils qu’ils n’avaient pas utilisés. Nous étions vraiment en guerre pendant 48 heures. "

Abbas Mohammad Hassani, le chef politico-idéologique de l’armée classique iranienne, a déclaré lors d’une réunion le 19 novembre : « Saddam et Kadhafi se sont rendus et ont été détruits ; Assad a résisté et n'a pas été détruit ; Vous devez résister !

La comparaison de la République islamique avec l’Iraq, la Libye et la Syrie est un point important dans les déclarations de Hassani. Et en fait, le sort du guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, avec Kadhafi, Saddam et Assad. Hassani souligne la nécessité de maintenir le gouvernement à tout prix, même avec la méthode utilisée par Bashar al-Assad, ce qui signifie tuer brutalement des personnes et plonger le pays dans une guerre civile.

Diabolisation des manifestations

L'accent mis par les responsables du régime sur les conditions complexes de la région du Moyen-Orient ne justifie toutefois pas le recours à la violence à ce niveau et à ce volume.

De plus, ils ne reconnaissent pas le droit de manifester pour des citoyens sans défense. Et par la diabolisation et le lancement de faux procès, ils visent à intimider et à marginaliser les citoyens qui sont descendus dans les rues de nombreuses villes et provinces.

Ces derniers jours, l’Université de Téhéran a également été attaquée par des forces répressives.

« Il n’existe pas encore de statistiques complètes et il faut du temps pour obtenir le nombre exact de personnes arrêtées », a déclaré Ismail Soleimani, chef du département de la sécurité de l’Université de Téhéran, concernant le nombre d’étudiants arrêtés et leur situation actuelle.

« Nous ne fournissons pas de statistiques exactes pour le moment. Nous ne savons pas quelle institution a arrêté les étudiants ni où les étudiants ont été arrêtés », a-t-il ajouté.

Ces déclarations indiquent la profondeur de la catastrophe. La première étape a été celle des arrestations sans précédent. Des aveux télévisés forcés constitueront sans aucun doute l'une des prochaines démarches du régime pour intimider le public.

#MaryamRajavi: C’est le «devoir patriotique» de tous les Iraniens d’appuyer les #IranProtests, les jeunes rebelles et les unités de résistance du principal groupe d’opposition # MEK. # FreeIran https://t.co/otU3jYFTG4

Le rôle de l’OMPI/MEK

Hussamuddin Ashna, conseiller du président iranien Hassan Rouhani, a évoqué ironiquement le rôle de l'OMPI/MEK dans un tweet : « Ils pensaient avoir lancé l'opération Eternal Light 2, mais ils comprennent maintenant que l'opération Mersad 2 a effectivement commencé. »

L'Opération Lumière éternelle a été menée par l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI / MEK) en 1988 et continue de rappeler aux responsables du régime leurs graves préoccupations trente ans plus tard. L'utilisation par Ashena de l'expression « Opération Mersad 2 » est interprétée de manière à justifier de futures exécutions de manifestants, à l'instar du massacre des prisonniers politiques de l'été 1988 suite à une fatwa décidée par le fondateur du régime iranien Ruhollah Khomeini.

Le tweet du conseiller du président iranien a suscité des réactions négatives sur les médias sociaux. Des inquiétudes ont été exprimées quant à la volonté du gouvernement d'exécuter les personnes arrêtées lors des récentes manifestations.

Les propos tenus par les responsables de la sécurité et de la politique du régime soulignent la résistance alternative et organisée qui menace les mollahs.

Les déclarations des responsables de la sécurité et des responsables politiques du régime ont mis en évidence la résistance alternative et organisée menaçant le régime des mollahs.

L’OMPI est au cœur des préoccupations du régime iranien. C'est toute l'histoire.

Le feu brûlant sous les cendres du soulèvement de décembre 2017 / janvier 2018 a surpris beaucoup de monde. Dans un avenir pas trop lointain, le profond mécontentement des citoyens va émerger et marquer sans aucun doute la fin du fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Source : Stop au Fondamentalisme