Pin It

coupures internet manifestations iranCSDHI – On dénombre déjà un bilan de 158 morts. Craignant de plus en plus de soulèvements, le gouvernement en Iran a coupé Internet.

Le gouvernement cherche apparemment à faire taire les manifestants et à réprimer les troubles, selon NetBlocks, une organisation internationale à but non lucratif qui surveille la cybersécurité et les menaces informatiques dans le monde entier, y compris les menaces émanant de puissants gouvernements.

NetBlocks a déclaré que l’Iran se trouvait « au beau milieu d’un arrêt quasi total d’internet national ». Il a tweeté ceci.

Les Nations Unies ont explicitement identifié les arrêts Internet et la censure dirigés par le gouvernement comme une violation des droits humains.

La baisse de la connectivité a commencé samedi soir, alors que le gouvernement iranien réprimait les troubles politiques causés par les pénuries de carburant, troubles qui se sont maintenant étendus à plus de 100 villes à travers le pays.

L’Iran, l’un des pays les plus fortement associés à la montée du cyberterrorisme et du piratage malveillant, semble maintenant utiliser une poigne de fer pour agir seul. Le pays aurait fermé presque tous les accès Internet du pays en guise de représailles face à l'escalade des manifestations.

Les utilisateurs ont signalé pour la première fois des pannes à Mashhad, qui a également connu une baisse de la connectivité à partir de la soirée du vendredi 15 novembre. L’ampleur et la gravité des perturbations ont augmenté à partir de 21h15 UTC, vendredi (12h45 heure locale) et se sont poursuivies à partir de 00h00 UTC, samedi, avec un impact également visible sur les cartes de connectivité globales.

Les principaux opérateurs de réseaux de téléphonie mobile iraniens, dont MCI, Rightel et IranCell, sont par la suite tombés hors ligne à 18h00 (14h30 UTC), samedi, face à une aggravation de la fermeture d’Internet, alors que les manifestations s’intensifiaient.

L’OMPI/MEK a déclaré : Le blocus d’Internet survient alors que le régime se prépare à une répression brutale des manifestations. 

Alp Toker, directeur du groupe de suivi de la connectivité non partisane NetBlocks, a déclaré qu'il avait fallu environ 24 heures aux autorités iraniennes pour bloquer complètement le trafic entrant et sortant du pays, le laissant osciller entre 5 et 7 % des niveaux de connectivité habituels.

Toker de NetBlocks dit dit que peut-être les ralentissements d’Internet de l’Iran dans la période menant à la panne complète étaient le résultat de télécommunications travaillant au nom du gouvernement pour défaire essentiellement leurs propres protections de la fiabilité du système.
« Pour bloquer l'accès d'un pays à Internet, il faut beaucoup de préparations. Nous parlons de couches logicielles et matérielles, ainsi que de cadres réglementaires », déclare Lukasz Olejnik, conseiller indépendant en sécurité et protection de la vie privée et chercheur associé au Center for Technology and Global Affairs à l'Université d'Oxford. « Plus un pays a de réseaux et de connexions, plus il est difficile de couper définitivement l'accès. La question est également de savoir si vous voulez couper l'accès au réseau dans le pays aussi, en plus des flux entre le pays et le monde extérieur. »

De plus en plus au cours de la dernière décennie, le régime iranien s’est concentré sur la construction d’un "intranet national centralisé." Cela lui permet d’offrir aux citoyens des services Web tout en contrôlant tout le contenu du réseau et en limitant l’information provenant de sources externes. Connu sous le nom de "Réseau national d’information" ou SHOMA, l’effort a porté sur la société d’État de télécommunications de l’Iran, qui est géré par un certain nombre d’anciens fonctionnaires du gouvernement.

Source : INU