Pin It

AndroidPIT google play iranCSDHI - Un ordre judiciaire visant à bloquer Google Play en Iran, qui interdirait à des millions d'Iraniens d'accéder au plus grand magasin d'applications au monde pour les appareils Android, a été publié, mais pas encore appliqué, selon les enquêtes du Centre pour les droits de l'homme en Iran (CHRI).

Le blocage de la boutique d'applications Google mettra directement en danger la sécurité des utilisateurs iraniens d'appareils Android, car il limitera les utilisateurs iraniens aux applications stores contrôlées par l'État proposant des applications accessibles à la surveillance de l'État, aux logiciels malveillants et aux cyberattaques. Un blocage sur Google Play créera également des obstacles importants pour les développeurs d'applications nationales, qui comptent sur les services Google Play pour créer et mettre à jour leurs produits.

L'ordonnance, qui a été communiquée au CDHI par une source bien informée qui a demandé l'anonymat, a été envoyée le 21 octobre par le procureur général adjoint chargé du cyberespace, Javad Javidnia, à 21 entités gouvernementales et privées.

Selon les informations recueillies par le CDHI, la commande ne devait pas être rendue publique tant que le blocage n'avait pas été appliqué.

Pourtant, le 15 octobre, à la suite de rumeurs qui circulaient sur les médias sociaux quelques semaines auparavant, le club des jeunes journalistes (CJJ), étroitement lié aux services de la sécurité iranien, a annoncé qu'une « source informée » avait confirmé la validité de l'ordre.

L’ordonnance de Javidnia stipule : « Conformément à l’article 749 du code pénal islamique en ce qui concerne les infractions informatiques et à la décision prise lors de la 66ème réunion du Groupe de travail sur la détermination des éléments de contenu pénal (WGDICC), ainsi que sur les décisions judiciaires pertinentes, nous vous demandons de bloquer Google Play sur Internet dans les meilleurs délais… »

Les Iraniens des médias sociaux, en particulier ceux de l'industrie des technologies, ont critiqué cette décision.

Amin Amirsharifi, PDG du plus grand magasin d'applications d'Iran, a tweeté : « Ces huit dernières années, Cafe Bazaar a grandi au même rythme que Google Play… et a réussi à attirer 40 millions d'utilisateurs. Nous ne soutenons pas le blocage de notre concurrent. »

Alireza Shirazi, responsable du plus grand portail de blogs iranien, Blogfa, a commenté : « M. Javidnia, l'accès à Google Play est un droit et une nécessité. Ce problème est que les systèmes d'exploitation doivent être mis à jour (en téléchargeant de nouvelles versions à partir de Google Play). Il est également nécessaire de noter que si vous accédez à d'autres magasins d'applications, vous devrez remplacer le système de sécurité Android et demander des autorisations pour exécuter des programmes provenant de sources inconnues. »

S'il est mis en œuvre, le blocage mettra gravement en danger le droit des utilisateurs iraniens à la vie privée et à la sécurité d’Internet.

Le 31 août 2019, Javidnia a également ordonné aux sociétés d’hébergement Internet en Iran de cesser de fournir des services aux sites Web filtrés, basés dans le pays.

« Conformément à l'article 751 du code pénal islamique concernant les infractions liées à Internet, les sociétés fournissant des services d'hébergement sont tenues de s'abstenir d'offrir tout type de services aux sites Web filtrés dans le pays », a précisé l'ordonnance du procureur général adjoint.

Les autorités iraniennes cherchent de plus en plus à contrôler l’utilisation d’Internet en Iran et à remplacer les applications et services étrangers par des applications nationales que l’État détient et contrôle. De cette manière, la censure et la surveillance répressives de l’État sont facilitées et améliorées.

Source : Centre pour les droits de l’homme en Iran