Pin It

pénurie eau iranCSDHI - En Iran, la pénurie d'eau est un sujet d'inquiétude majeure pour la population.

En effet, les lacs, les zones humides et les forêts disparaissent rapidement. L'air sale restreint la qualité de la vie. Les tempêtes de sable se produisent ; des étendues de terres deviennent des paysages désertiques et dénudés. La pénurie d'eau est due à la fois à la mauvaise gestion du gouvernement et aux changements climatiques.

La consommation d'eau en Iran est extrêmement élevée malgré la pénurie. Le marché du travail tendu n'offre aucune alternative aux agriculteurs. Les puits illégaux exacerbent le problème.

L’Iran a récemment cessé d’importer du blé de l’étranger. La pénurie d’eau empêche l’Iran d’importer de la nourriture. Le blé cultivé en Iran consomme un tiers de l'eau des réservoirs et des barrages chaque année. Environ 92 % de l’eau va dans l’agriculture iranienne chaque année.

L’Iran est un pays qui a toujours été constitué en grande partie de terres désertiques ou semi-désertiques. Sur une superficie totale de 165 millions d'hectares, seuls 50 millions d'hectares sont agricoles et seulement 18 millions d'hectares sont réellement utilisés. La pénurie d'eau et le taux d'érosion des sols le plus élevé du monde aggravent la situation. Le changement climatique et une sécheresse qui dure depuis des décennies sont parmi les causes, ainsi qu'une technologie obsolète en matière d'irrigation : 90 % de la superficie doit être irriguée. À cela s’ajoute une faible prise de conscience du problème et un gaspillage d’eau à bas prix par les autorités. L'Iran, qui représente 1 % de la population mondiale, ne dispose que de 0,3 % des ressources mondiales en eau douce. Cependant, en raison des conditions météorologiques locales, les habitants des grandes villes iraniennes consomment en moyenne 160 litres d’eau par jour (bien que les habitants des provinces pauvres d’Iran ne disposent pas de ressources en eau de base). À titre de comparaison, en Allemagne, ce chiffre est de 125 litres. La population iranienne augmente et la production industrielle augmente, ce qui accroît le besoin en eau alors que les ressources diminuent.

Les mauvais développements dans le secteur de l’eau existent depuis au moins 50 ans et la réflexion est trop lente. Jusqu'à présent, trop de barrages ont été construits, environ 600 depuis la révolution, principalement par les pasdarans (IRGC), ce qui a entraîné l'assèchement des zones humides.

Une des controverses porte sur la promotion de la production de blé. Sa combinaison avec les méthodes d'irrigation, dont l'efficacité n'est que de 45 % (la moyenne mondiale est de 75 %) est particulièrement dévastatrice. L'efficacité a déjà été augmentée de 10% au cours des dix dernières années.

La controverse touche également la mise en place d’industries à très forte consommation d’eau dans les zones particulièrement pauvres en eau. Ici, le gouvernement a essayé de créer des emplois sans prêter attention à ce problème. D'autre part, ils contrôlent, par exemple, les centrales de refroidissement utilisant des eaux usées traitées plutôt qu'avec de l'eau provenant de puits profonds. Mais la mise en œuvre de tels projets prend du temps et coûte de l'argent.

Douze des 31 provinces iraniennes sont menacées de déshydratation complète dans quelques années. 90 % de la population vit dans des zones de stress hydrique élevé ou très élevé, ce qui expose l'Iran à un risque plus élevé que tout autre pays de la région de l'Afrique du Nord. Jusqu'à présent, les habitants des campagnes et des zones rurales ont été gravement touchés par le manque d'eau. Dans certaines régions, de grandes parties de champs ou de plantations ont dû être abandonnées. Cette année, le gouvernement a interdit pour la première fois la culture de plantes à forte consommation d'eau dans certaines régions.

Il y a également des protestations répétées lorsque les agriculteurs se révoltent contre le fait que, selon eux, la ressource rare est distribuée injustement et redirigée par le gouvernement iranien.

Source : Iran Focus