Pin It

sida iranCSDHI - Selon des informations émanant des partisans de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI / MEK), les manifestations contre l'infection par le VIH de plus de 300 habitants de Lordegan dans la province de Charmahal-et-Bakhtiari, dans le sud de l'Iran, ont été réprimées par les forces répressives du régime qui ont attaqué et ouvert le feu sur des manifestants en colère.

Les manifestants ont attaqué les bâtiments du gouvernorat et du centre de santé. Les jeunes iraniens ont brûlé le bureau de l’Imam de la prière du vendredi et ont scandé : « Non à Gaza, non au Liban, je sacrifie ma vie pour l'Iran. »

« Les attaques des pasdarans contre les manifestants sont sauvages et nous avons besoin d'aide », a déclaré l'un des manifestants.

Contexte

Le site Internet de l'OMPI, la semaine dernière, a annoncé que plus de 300 habitants du comté de Lordegan, dans la province de Charmahal-et-Bakhtiari, dans le sud de l'Iran, avaient été infectés par le virus du sida en raison de la négligence de responsables iraniens du ministère de la santé.

Des dizaines d'habitants ont organisé un rassemblement, pour protester, mercredi à la suite de ce tragique incident. La foule, composée en majorité de femmes, s’est rassemblée devant le bureau du gouverneur et l’antenne du ministère de la santé à Lordegan.

La crise a commencé lorsque des informations ont révélé que des employés du ministère de la santé avaient utilisé des seringues infectées pour des tests de glycémie, ce qui a entraîné la contamination du virus à de nombreux habitants du village de Chenar Mahmoud.

Les responsables iraniens refusent d'assumer la responsabilité de la crise. Un responsable local du ministère de la santé a accusé les employés ministériels du village d’avoir utilisé des seringues infectées. Les employés, cependant, accusent le ministère de distribuer des seringues infectées.

Les habitants disent que beaucoup d’entre eux dans le village s'abstiennent de faire d’autres analyses de sang en raison parce qu’ils ont été infectés. Les gens disent qu'un habitant du village sur trois est maintenant infecté par le virus du sida. Toute personne ayant subi le test s'est révélée séropositive et infectée par le virus mortel. Les habitants de Chenar Mahmoud soulèvent maintenant de nombreuses questions, telle que : pourquoi le ministère de la Santé doit-il analyser le taux de cholestérol et de sucre dans le sang d'un enfant de neuf ans, le contaminant ainsi avec le virus du sida ?

« Le ministère de la Santé est venu dans notre village pour effectuer des tests gratuits de glycémie et d'insuline. Les seringues qu'ils ont utilisées avaient déjà été utilisées et avaient été infectées par un virus », a déclaré un villageois. « Maintenant, après quelques semaines, ils ont fait venir un médecin de Téhéran pour contrôler les habitants et déterminer le type de virus », a déclaré le villageois.

Un autre habitant a déclaré : « À ce jour, 500 habitants ont subi un test de dépistage du VIH et ils sont tous touchés. Le ministère de la santé et les autorités locales se renvoient la balle : le ministère n'assume aucune responsabilité et déclare que ses responsables n’ont pas distribué les seringues. Les autorités locales n'assument pas non plus leurs responsabilités et accusent les autorités gouvernementales. »

Source : Stop au Fondamentalisme