Pin It

enfant VIH IranCSDHI - Au moins 300 personnes, y compris des enfants, auraient été infectées par le VIH dans les provinces de Chaharmahal et Bakhtiari, dans le sud-ouest du pays, à cause d’une seringue contaminée, selon les informations obtenues.

Les habitants du village de Chenar Mahmoud à Lordegan ont indiqué que la négligence médicale dans le système de santé local était la cause de l'épidémie.

Selon la population locale, des personnes ont contracté le VIH à partir d’aiguilles utilisées il y a deux mois par l’organisme de santé du village pour faire un test de diabète.

L'épidémie a également touché les habitants d'autres villages voisins.

Mercredi, une foule d’habitants, principalement des femmes, a manifesté devant le bureau du gouverneur et le bureau du ministère de la santé à Lordegan, pour protester contre les pratiques insalubres des autorités du régime qui ont déclenché l’épidémie.

« Les habitants de Chenar Mahmoud ont peur », a déclaré un villageois. « Beaucoup sont réticents à l’idée de se faire faire des analyses de sang par peur d’être infectés. Chaque famille de deux ou trois personnes a été infectée par le virus. Toute personne qui a passé le test a été déclaré positive. Et personne ne demande à ce régime, pourquoi faut-il tester le taux de cholestérol et de sucre d'un enfant de neuf ans et lui transmettre le sida ?».

À Lordegan, les responsables du régime ont commencé à s’accuser les uns les autres et à s'abstenir d'assumer la responsabilité du scandale. Un responsable du régime a accusé l'administrateur de la santé du village d'être à l'origine de l'épidémie.

Les responsables du régime iranien ont également imputé la contamination du VIH aux toxicomanes et à l’immoralité sexuelle qui règne dans le village. Les villageois ont toutefois catégoriquement démenti les affirmations des responsables du régime, rappelant que des centaines de personnes avaient été infectées après un test de diabète.

Les villageois de Chenar Mahmoud à Lordegan, dans le sud de l'Iran, réfutent avec véhémence l'affirmation des responsables du régime selon laquelle la propagation du VIH dans le village concerne uniquement les toxicomanes, affirmant que les membres du régime avaient été infectés après un test de diabète.

Au sujet de cette catastrophe, un des habitants a déclaré : « Le ministère de la santé est venu dans notre village pour obtenir gratuitement des tests de glycémie et d'insuline. Les seringues qu'ils utilisaient avaient déjà été utilisées et étaient infectées par le virus. Toute personne testée a été infectée par un virus inconnu. Certaines personnes disent que c’est le VIH. Certains disent que c'est un virus similaire. Après quelques semaines, ils ont fait venir un médecin de Téhéran pour tester les habitants et déterminer de quel virus il s’agissait. »

Un autre habitant a déclaré : « Jusqu’à présent, 500 personnes ont été testées pour le VIH et elles sont toutes positives. Le ministère de la santé n'assume aucune responsabilité. Les responsables disent que nous n’avons pas distribué les seringues. Les autorités locales n’assument pas non plus leurs responsabilités et accusent les autorités sanitaires centrales. »

Source : Les droits de l’homme en Iran