Pin It

auto immolation iranCSDHI - Les informations en provenance d’Iran indiquent que le 30 septembre, quatre Iraniens ont eu recours à l'auto-immolation, tandis qu'un homme a sauté d'un bâtiment à cause des pressions économiques.

Selon un groupe de défense des droits humains, deux femmes de la province occidentale de Kermanchah se sont immolées par le feu, le 30 septembre 2019. Elles sont actuellement hospitalisées à l’hôpital Khomeiny de Kermanchah. Selon les informations recueillies, les femmes, identifiées comme Zeinab Mohammadi et Negar Ezzati, se sont suicidées en raison des problèmes économiques.

« La pauvreté a rendu Negar Ezzati si désespérée qu’elle a été contrainte de s’immoler par le feu », a déclaré une source proche de la victime.

Lundi également, un homme est décédé après avoir sauté du sixième étage d'un immeuble à Kermanchah en raison de la pauvreté et de la pression économique. L'homme de 35 ans était marié et père de famille.

Selon l'agence de presse ISNA, une femme âgée de 23 ans, vivant dans la ville pétrolière d'Ahwaz, dans le sud-ouest de l'Iran, s'est aussi immolée par le feu lundi. Selon les renseignements obtenus, son corps aurait été brûlé à 90 % et elle aurait été transférée à l'hôpital Taleghani d’Ahwaz.

On ne sait pas pourquoi elle s'est suicidée.

Un autre homme à Kermanchah a aussi décidé de mettre fin à ses jours par le feu, lundi. L’homme non identifié s’est brûlé devant le commissariat de Kermanchah. Il a été emmené à l'hôpital par des personnes qui se trouvaient sur les lieux.

Il se serait suicidé parce qu'il ne pouvait pas payer son emprunt bancaire et que la banque essayait de lui arracher la propriété de ses terres par l’entremise de la justice et de la police. Une source a déclaré que c'était la deuxième fois qu'il s'immolait par le feu.

Les habitants ont déclaré qu'avant de passer à l'acte, l'homme avait déclaré qu'il n'était pas en mesure de rembourser la banque qui avait décidé de vendre sa maison aux enchères.

Selon des responsables du régime, 80 % des Iraniens vivent sous le seuil de pauvreté. C’est le résultat direct de la corruption des mollahs et des gardiens de la révolution qui atteint des chiffres astronomiques. C'est aussi le résultat du financement des guerres par procuration et du terrorisme dans la région par la dictature religieuse. La population est plongée dans une misère noire qui pousse à la vente d'organes corporels comme les reins, la moelle osseuse, la rétine et dans les cas ultimes, le coeur. Les affiches noiricissent tous les murs autour des hôpitaux en Iran. Mais quand les salaires ne sont plus payés pendant des mois et qu'il n'y a plus rien à vendre, beaucoup optent pour le suicide, souvent par l'auto-immolation. D'autres descendent dans la rue et manifestent pour un changement de régime.

Source : Iran News Wire