Pin It

éducation enfants iranCSDHI - L’UNESCO affirme que chaque enfant âgé de 6 à 18 ans devrait régulièrement fréquenter un établissement d’enseignement, mais qu’un nombre croissant de jeunes iraniens en sont empêchés.

Dans son dernier compte-rendu, le Centre de statistiques iranien, basé sur une enquête nationale détaillée menée en 2017, a déclaré qu'entre 1,5 et 2 millions d'enfants iraniens ne peuvent pas se rendre dans une école ou sont analphabètes. Hafizollah Fazeli, un responsable gouvernemental de la province de Chaharmahal et Bakhtiari, dans le sud de l'Iran, va encore plus loin en déclarant qu'il y a « 3,5 millions d'enfants » en Iran qui « n'étudient pas ».

Cependant, il convient de garder à l'esprit que les autorités iraniennes, lorsqu'elles sont confrontées à un problème colossal, vont le reconnaître publiquement, mais minimiseront les chiffres réels et accuseront d’autres responsables pour tenter de rendre le problème moins grave et hors de leur contrôle.

La principale raison invoquée par les autorités iraniennes pour expliquer l’abandon de la scolarité ou l’absence d’inscription des jeunes est la pauvreté, ce qui est inquiétant car, selon le Centre d'études du Majlis (parlement) en 2018, 23 à 40 % de la population iranienne était sous le seuil de pauvreté. Ahmad Amidabadi Farahani, membre du conseil de direction du Majlis, a déclaré que l’inflation est de 50 % dans le budget de cette année et que la famille iranienne gagnant moins de 46 millions de rials (1246 €) se trouve sous le seuil de pauvreté. Etant donné que le salaire minimum mensuel pour un travailleur iranien est de 22 millions de rials (596 €), cela signifie que la moitié de la population iranienne vit sous le seuil de pauvreté.

Ehsan Gouharirad, directeur général du département de l'éducation de la province de l’Azerbaïdjan occidental, dans le nord-ouest de l'Iran, a déclaré en juillet : « Malheureusement, la principale raison pour laquelle les élèves abandonnent l’école a des racines économiques et si ce problème est résolu, nous pourrons être optimistes quant à l'éducation des élèves. »

Une autre raison du décrochage scolaire des étudiants iraniens est que l’éducation est de plus en plus privatisée ; ce que les enseignants iraniens ont toujours contesté. L’article 30 de la Constitution iranienne stipule que l’éducation et les services éducatifs doivent être gratuits, mais comme la qualité de l’enseignement dans les écoles publiques s’est détériorée, les écoles privées facturent des frais exorbitants pour des services censés être gratuits.

Compte tenu de la pauvreté croissante en Iran, de nombreuses familles ne peuvent pas se le permettre et l’éducation des enfants est limitée. Cela les empêche également d’avoir accès à l'enseignement supérieur. Selon le journal officiel Javan du 11 août, les principales entrées dans les universités iraniennes concernent toutes des diplômés d'écoles privées.

Source : Iran Focus