Pin It

suicide iranCSDHI - Selon une responsable iranien chargée du programme de prévention du suicide au ministère de la santé, le taux de suicide en Iran a augmenté d’environ 100 000 cas au cours de la dernière année perse (du 21 mars 2018 au 21 mars 2019).

Maryam Abbasinejad, qui a parlé à l’agence de presse IRNA, a déclaré que le taux de suicide en Iran était plus élevé dans les provinces de l’Ouest. Les taux de chômage sont également les plus élevés dans l'ouest de l'Iran.

Elle a déclaré que les principales causes du taux élevé des suicides étaient « un environnement instable, la pauvreté et le chômage. »

Abbasinejad a déclaré que le taux de suicide en Iran avait lentement augmenté depuis 2015 et que le nombre de tentatives de suicide est passé de 94 sur 100 000 à 125 sur 100 000.

La responsable de la santé a déclaré qu'environ 75 % des tentatives de suicide avaient été perpétrées par des personnes âgées de 15 à 34 ans et que 50 % d'entre elles étaient mariées.

Selon elle, environ 73 % des personnes qui ont tenté de se suicider vivaient dans des villes et des bidonvilles. Parmi celles-ci, environ 33 % sont des femmes au foyer, 11 % des étudiants et 8% des chômeurs.

En Iran, 60 % des suicides ont été commis par des femmes l'an dernier. La responsable de la santé a déclaré que la raison en était que les femmes étaient davantage touchées par la dépression.

Récemment, Sahar Khodayari, surnommé la « Blue Girl » pour la couleur de son équipe de football, est décédée après s'être immolée devant un tribunal de Téhéran.

Selon les médias officiels, elle s'est immolée par le feu feu après avoir appris qu'elle devait encore purger six mois de prison pour avoir tenté de se faufiler dans le stade Azadi pour assister à un match de football.

De nombreux prisonniers iraniens se suicident également en raison de conditions pénitentiaires difficiles et des violations de leurs droits.

Source : Iran News Wire