Pin It

internet iranCSDHI - Avant que Nazilla Akbari ne puisse consulter les dernières offres sur Twitter ou YouTube, elle a fait défiler une série d'icônes sur son smartphone, à la recherche de la solution de contournement appropriée pour contourner les censeurs officiels.

C’est un jeu de chat et de souris qui est devenu une seconde nature en Iran, où le gouvernement dirigé par les clercs restreint l’accès aux sites des réseaux sociaux populaires et où les sanctions américaines créent d’autres obstacles.

« Chaque jour, je lutte pendant 40 minutes juste pour me connecter à Internet non censuré », a déclaré Akbari, un développeur de logiciels âgé de 30 ans, à l'Associated Press. « Même après cela, Internet est si lent que j'ai du mal à regarder une courte vidéo ».

Les autorités iraniennes ont cherché à limiter l'influence culturelle occidentale depuis la révolution islamique de 1979. Elles ont commencé à bloquer des sites populaires tels que Twitter, Facebook et YouTube lorsque des activistes les ont utilisés pour organiser des manifestations de masse et documenter une opération de répression après les élections contestées en 2009.

Cela n'a pas empêché les Iraniens d'accéder à ces sites via des réseaux privés virtuels, VPN et d'autres services. Cela n'a pas non plus empêché un certain nombre de hauts responsables iraniens d'utiliser les sites pour diffuser la ligne officielle. Le ministre des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, tweete souvent en anglais, et des comptes pour mettre en valeur les bureaux du Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, et le président Hassan Rouhani, publient régulièrement en leur nom.

Khamenei lui-même a exhorté les jeunes du pays à « utiliser intelligemment le cyberespace pour faire taire l'ennemi », et les comptes pro-gouvernementaux se sont multipliés sur Twitter et Instagram.

Rouhani, un modéré des milieux cléricaux iraniens, a promis d'élargir la liberté d'Internet lors de son élection en 2013, mais il n'a pas tenu ses promesses, en partie parce que le pouvoir judiciaire et les forces de sécurité sont dominés par des intransigeants. En 2018, les autorités ont bloqué Telegram, une application qui avait été utilisée par des dizaines de millions d'Iraniens pour envoyer des messages cryptés, après avoir été utilisée pour organiser des manifestations contre les difficultés économiques.

YouTube reste également largement inaccessible, car il est difficile de télécharger et de visionner des vidéos tout en utilisant les solutions de contournement.

« YouTube est comme une université en ligne, mais il est bloqué », a déclaré Akbari.

Les intransigeants craignent qu'un accès complet à Internet ne permette aux pays occidentaux de pénétrer dans la république islamique et qu’ils fomentent des troubles contre les mollahs aux pouvoir.

« Le cyberespace est contrôlé par des étrangers », a déclaré l'ayatollah Mohammad Ali Movahhedi Kermani, un religieux intransigeant qui dirige les prières du vendredi à Téhéran. « Ils veulent rendre les gens pessimistes au sujet du gouvernement ».

Les autorités ont développé leur propre système fermé, connu sous le nom de « réseau national d'information », qui bloque de nombreux sites étrangers et en ralentit l'accès. Certains l'appellent le « filet halal », en utilisant le terme utilisé pour désigner ce qui est autorisé par l'Islam. Les autorités disent que ce système est conçu pour protéger le pays des cyberattaques et des sanctions américaines. L’Iran développe également ses propres services de messagerie, de banque en ligne et de divertissement, dans le cadre d’une campagne plus large pour l’autosuffisance face aux sanctions occidentales.

Le gouvernement a pris des mesures pour élargir l'accès et agrandir les bandes passantes. Rouhani a déclaré au début du mois que toutes les villes et 78 % des villages avaient accès à Internet à haut débit. Mais de nombreux Iraniens disent que surfer sur Internet reste une expérience décevante.

« Le nombre d'utilisateurs a augmenté beaucoup plus rapidement que le réseau Internet du pays », a déclaré Danial Behzadi, expert en technologies de l'information. « En général, Internet en Iran est relativement lent, coûteux et possède une faible neutralité ».

Les sanctions ont également créé des obstacles, le gouvernement américain interdisant à de nombreuses entreprises de haute technologie de fournir des services en Iran. L’administration Trump a renforcé les sanctions, notamment sur l’industrie pétrolière vitale du pays, depuis le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire conclu entre l’Iran et les puissances mondiales l’année dernière.

Les utilisateurs qui tentent de télécharger des applications reçoivent fréquemment des messages disant que ces services sont interdits, et certaines sociétés américaines suspendent leurs comptes lorsqu'elles réalisent que les utilisateurs sont en Iran.

Les sanctions limitent également la capacité des Iraniens d’acheter en ligne.

Les Iraniens ne peuvent pas utiliser les principales cartes de crédit ou les services en ligne tels que PayPal, car le pays est coupé du système bancaire international. Amazon refuse d'expédier en Iran à cause des sanctions. Dans un récent dépôt auprès de la Securities and Exchange Commission, le géant de la vente au détail en ligne a déclaré soupçonner les ambassades iraniennes et les missions diplomatiques à l'étranger d'avoir acheté pour plus de 49 000 € de biens, allant des livres et vêtements aux jouets et produits pour animaux de compagnie.

Akbari se rappelle avoir dû acheter un nouveau clavier pour son ordinateur portable. Quand Amazon a refusé de l'envoyer en Iran, elle a demandé à un membre de sa famille d'en acheter un à Dubaï.

Source : Radio Farda