Pin It

crise environnementale iranCSDHI - L'instabilité et la terreur ne sont pas les seules contributions du régime iranien à la région. Les dommages causés à l'environnement à long terme et même de manière permanente n’ont pas non plus été contenus à l’intérieur des frontières iraniennes.

Rappelez-vous que ce régime a exécuté plus de 120 000 personnes, commis le massacre le plus odieux qui soit après la Seconde Guerre mondiale et a entraîné plus de 80 % de la population de l'un des pays les plus riches du monde, en-dessous du seuil de pauvreté. Attendre de ce régime autre chose qu'une mauvaise gestion et de la négligence à l'égard des problèmes environnementaux ne constitue qu'une amère plaisanterie.

Sous la gouvernance de ce régime dictatorial, l'environnement a également été confronté à un « massacre » de l'eau, des sols, des forêts, des lacs, de la vie sauvage, des prairies et de l'air.

Les dimensions de la crise environnementale en Iran

En ce qui concerne les crises environnementales en Iran, il faut garder à l’esprit les normes impensables de dévastation imposées par le régime. Voyons quelques faits et chiffres confessés par des responsables du régime :

Selon des informations du "Centre de recherche stratégique sur le Majlis", publié en septembre 2016, 60 % des forêts iraniennes ont été détruites au cours des trois dernières décennies. Le rapport estime que le taux de destruction sera de 400 000 acres par an et conclut : « Si cette tendance se poursuit pendant encore 31 ans, il n’y aura plus de forêts en Iran ».

Le 3 février, 2018, le responsable iranien de l'Agence pour l'environnement a déclaré : « Toutes les zones humides enregistrées en Iran ont été asséchées ou sont sur le point d'être détruites. Nos politiques à long terme ont été à l'origine de la destruction des zones humides et de l'environnement en général ». (Agence de presse, Mehr)

 

L’Iran est le numéro un mondial en matière d’érosion des sols et de désertification

Chaque année, 45 000 Iraniens meurent des suites de la pollution atmosphérique (Agence de presse ISNA)

Selon Quartz Research Institute, quatre des dix plus grandes villes les plus polluées au monde se trouvent en Iran, avec Ahwaz en tête de liste.

Le taux de réduction de la population faunique est estimé entre 80 et 90 %.

La vente du sol iranien est devenue une pratique courante du régime. Chaque année, des centaines de milliers de tonnes de terre iranienne fertile sont exportées vers d'autres pays afin de construire des îles artificielles. Cette politique de trahison a transformé de nombreuses régions fertiles du pays en déserts et a provoqué la crise actuelle des tempêtes de poussière.

En Iran, quatre des cinq grands lacs salés se sont asséchés. Selon des responsables iraniens, la mort du lac salé de Qom entraînera un désastre environnemental aux conséquences plus catastrophiques que celles du lac d’Oroumieh, un autre lac salé très connu en Iran. La poussière et la brume provenant d’un lac asséché affecteront environ le quart de la population iranienne.

L'activisme environnemental menace la vie en Iran

Il n'est pas juste de dire que le régime n'a rien fait pour l'environnement, parce qu'il a fait des choses. Quelques exemples :

 

En janvier 2018, cinq écologistes ont été arrêtés par les services du renseignement des pasdarans (IRGC). Après les avoir emprisonnés pendant neuf mois, le procureur du régime des mollahs les a accusés de « corruption sur la terre », indiquant que leurs dossiers étaient prêts à être soumis au tribunal. (Agence de presse de l’IRGC, 21 octobre 2018). Ceci en dépit du fait que la justice du régime les avait déjà accusés d’espionnage.

Un avocat et militant écologiste, Farshid Hakki, a été tué de manière suspecte le 17 octobre 2018 à proximité de son domicile à Téhéran et son corps a été brûlé. Quelques jours après la diffusion généralisée de cette nouvelle sur les réseaux sociaux, les médias affiliés aux pasdarans ont rapporté au bureau du médecin légiste que la cause de sa mort était l’auto-immolation.

Un certain nombre d'activistes et d'experts environnementaux ont été arrêtés par les pasdarans, le 24 janvier 2018. L'un d'entre eux, le Dr Kavous Seyed Emami, 64 ans, professeur d'université et ancien directeur de la Wildlife Agency, est décédé, deux semaines après son arrestation, sous les tortures dans la prison d’Evine, mais le régime a prétendu de manière imprudente qu’il s’était suicidé. Juste au cas où vous ne maîtriseriez pas cette méthode très courante de meurtre de la part du régime, il convient de rappeler qu’au cours de la dernière année, au moins 14 détenus du soulèvement ont été tués sous la torture. Mais le régime a déclaré que la cause de la mort était un « suicide », une « pénurie de drogue » ou un « usage intensif de stupéfiants ». Hassan Nowroozi, un porte-parole du Comité juridique et légal du Majlis (Parlement), a déclaré dans un commentaire scandaleux : « Ils méprisaient ce qu'ils avaient fait et ils sont morts de chagrin ou se sont suicidés après s'être rendu compte du caractère odieux de leur travail.

Qu'y a-t-il à faire ?

Si les racines des crises environnementales en Iran sont reconnues comme étant politiques et résidant dans l’existence même du régime au pouvoir, alors logiquement, la solution doit être l’élimination de la cause.

Lors de son discours lors du grand rassemblement de la Résistance à Paris le 30 juin 2018, Mme Maryam Radjavi a formulé cette solution logique et a déclaré :

« Nous pensons qu'il est possible d'éradiquer les prix élevés, la pauvreté, le chômage, les bidonvilles, le manque d'eau et les catastrophes environnementales. Mais avant toute chose, les droits politiques piétinés, en particulier le droit à la souveraineté du peuple iranien, doivent être restaurés et rétablis. C’est le but de notre résistance et c’est la raison d’être du CNRI ».