Pin It

rohnai admet que les médias sont contrôlés iranCSDHI - Lors d’une réunion avec les hauts responsables du ministère des technologies de l’information et de la communication, lundi, le président du régime iranien, Hassan Rohani, a admis qu’il n’existait pas de médias et de presse libres en Iran. Il a critiqué le manque de liberté de la presse et le contrôle de l’État sur les médias.

Dans les commentaires de l'agence de presse ILNA, Rohani a déclaré : « Nous pensons que nous avons reçu l'autorité divine, qui nous permet de donner des ordres aux gens ; ce n'est pas le cas ».

Le président iranien a reconnu que l’État contrôlait les médias iraniens et a imputé l’inflation des médias sociaux à cause du manque de liberté de la presse libre en Iran.

« La raison est que nous n’avons pas de presse libre. Nous avons une presse et une radio gérées par le gouvernement. Si nous avions 500 sources de média, il n'y aurait pas une telle inflation sur les plateformes des médias sociaux », a-t-il déclaré, ajoutant que l'inflation n'était pas seulement économique, mais qu'elle était également pertinente sur les médias sociaux.

Il a ensuite imputé l'augmentation de l'utilisation des médias sociaux au manque de liberté de la presse, affirmant que les gens ne seraient pas obligés de le faire si les médias non gouvernementaux étaient autorisés à exister.

Rohani a déclaré : « (Les gens) expriment tout (sur les médias sociaux) parce qu’ils n’ont nulle part ailleurs où parler. Si les différentes factions avaient une chaîne de télévision, elles y exprimeraient la moitié de leurs déclarations. Ils parleraient officiellement, pas officieusement, et on saurait qui dit quoi. Mais à présent (sur les médias sociaux), on ne sait pas qui sont ces personnes et d’où elles viennent ».

Il a ajouté que les tentatives du régime de filtrer Internet ou d'interdire certains sites de médias sociaux n'ont pas empêché les Iraniens d'utiliser les médias sociaux pour partager leurs points de vue, qu'il a décrits pour une raison ou pour une autre comme des "abuseurs" d'Internet, et a estimé qu'une éducation sur la façon d’utiliser Internet était en règle.

« Certaines de nos mesures ont échoué parce que nous pensions que ces outils de communication étaient sous notre commandement pour les filtrer », a-t-il déclaré.

« Alors, que faisons-nous avec les mandataires après le filtrage ? Quel est le résultat de ces actions ? Tout le monde est en train de perdre, tandis que les jeunes et les adolescents sont les plus influencés par les effets négatifs du filtrage », a ajouté Rohani.

Selon lui, des méthodes « éducatives » ont dû être mises en place pour prévenir l'utilisation abusive d'Internet et des plateformes de médias sociaux en Iran.

Il n'a pas précisé quelle institution avait effectivement ordonné le filtrage des plateformes de médias sociaux et avait plaidé en faveur de l'arrestation d'activistes d'Internet et d'administrateurs de chaînes de médias sociaux en Iran.

L’Assemblée des experts a rencontré le ministre iranien des technologies de l’information et de la communication, le 17 janvier, pour discuter de l’utilisation des plates-formes de médias sociaux. Elle a constaté que l’utilisation des médias sociaux constituait un danger pour la religion et l’indépendance de l’Iran, car la plupart des plates-formes de médias sociaux sont basées aux États-Unis, sous l'autorité américaine, selon Ahmad Khatami, porte-parole de l'Assemblée.

Il a déclaré : « La question n'est pas de savoir s'il ne faut pas utiliser les plates-formes de médias sociaux. Ce serait comme quand la radio est arrivée, certains ont dit de ne pas l'utiliser malgré le fait que c'était impossible et qu'il fallait utiliser de nouveaux espaces et installations. La question importante est que nous ne devrions pas les laisser renverser l'État avant d'utiliser les plateformes de médias sociaux et que les responsables concernés doivent utiliser leur autorité pour contrer cette tendance ».

Près de 50 % des 500 sites Web les plus visités dans le monde sont bloqués en Iran, notamment YouTube, Facebook, Twitter, Google Plus et Telegram.

Début janvier, un responsable judiciaire iranien a annoncé que l’Iran était également prêt à filtrer Instagram, le service de réseau social de partage de photos et de vidéos de Facebook.

Le responsable du département de l'espace virtuel du procureur général iranien a déclaré qu'une ordonnance de la cour avait été émise pour filtrer Instagram et que la plupart des membres du Conseil suprême de l'espace virtuel, chargé de surveiller Internet en Iran, étaient d'accord avec ce filtrage.

 

Source : Les droits de l’homme en Iran