chretiensCSDHI - Une cour d'appel a maintenu le total de 40 ans de prison à l’encontre de quatre chrétiens pour « avoir fait la promotion du christianisme sioniste » et pour la mise en place d’églises à domicile.

Le pasteur Youcef Nadarkhani, Yasser Mossayebzadeh, Saheb Fadaie et Mohammad Reza Omidi ont reçu une notification du tribunal par l'intermédiaire de leur avocat, le 2 mai, indiquant qu'ils avaient chacun été condamnés à 10 ans de prison.


Nadarkhani et Omidi ont également été condamnés à deux ans d'exil dans le sud du pays, loin de leurs familles dans la ville de Rasht, dans le nord du pays.
Les quatre hommes ont comparu devant le tribunal révolutionnaire, le 14 décembre dernier, pour faire appel de leur sentence. À l'époque, on pensait que la peine maximale à laquelle ils pourraient être condamnés, serait de six ans, compte tenu de l'accusation initiale d'« atteinte à la sécurité nationale ».


Omidi, Mossayebzadeh et Fadaie attendent le résultat d'un appel en suspens contre leur condamnation de septembre 2016 qui les a condamnés à recevoir 80 coups de fouet pour consommation du vin de la Communion lors de leur arrestation en mai 2016.


Les quatre chrétiens ont été libérés sous caution et pourraient être convoqués pour purger leur peine de prison dans les jours à venir.


Youcef Nadarkhani, 40 ans, est un pasteur chrétien iranien qui a été condamné à mort, mais par la suite, acquitté, à Téhéran, en tant que chrétien né en Islam.
Des rapports initiaux, y compris un mémoire de 2010 de la cour suprême iranienne, ont déclaré que la condamnation de Youcef Nadarkhani était fondée sur le crime d'apostasie, en renonçant à sa foi islamique. Les autorités ont plus tard prétendu que la peine était plutôt basée sur de prétendus crimes violents, spécifiquement le viol et l'extorsion ; cependant, aucune accusation formelle ni aucune preuve de crimes violents n'ont été présentées devant les tribunaux.

 

Selon Amnesty International et l'équipe juridique de Nadarkhani, le gouvernement iranien avait offert sa clémence s'il abjurait son christianisme. Son avocat Mohammad Ali Dadkhah a déclaré qu'une cour d'appel avait confirmé sa peine après qu’il ait refusé de renoncer à sa foi chrétienne et de se convertir à l'islam.

 

Au début du mois de septembre 2012, Youcef Nadarkhani a été acquitté de l’acusation d’apostasie, mais il a été reconnu coupable d'évangéliser les musulmans, bien qu'il ait été immédiatement libéré après avoir purgé une peine d'emprisonnement. Cependant, il a été réincarcéré le jour de Noël 2012 puis relâché peu de temps après le 7 janvier 2013.

 

Source : Les droits de l’homme en Iran

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter