Pin It

secretaire syndicat enseignantsAmnesty International - Le militant iranien des enseignants, Esmail Abdi, secrétaire général de l'Association des métiers d'enseignants iraniens (ITTA), a été arrêté le 9 novembre et conduit dans la prison d'Evine à Téhéran, en Iran, pour commencer à purger une peine de six ans de prison. Il est un prisonnier d'opinion uniquement pour ses activités syndicales pacifiques.

Six responsables du renseignement et de la sécurité ont arrêté chez lui le 9 novembre 2016, Esmail (Ismail) Abdi, professeur de mathématiques au lycée et secrétaire général de l'Association des métiers d'enseignants iraniens (ITTA) et l'ont conduit à Evine pour purger sa peine de six ans d'emprisonnement.

Amnesty International a rendu compte que les responsables de l'arrestation ont refusé de fournir des documents d'identité ou un mandat d'arrêt. Esmail Abdi a été condamné à six ans de prison en février 2016 après que la branche 15 du tribunal révolutionnaire de Téhéran l'ait condamné pour des infractions falsifiées de sécurité nationale, y compris " avoir diffusé de la propagande contre le système" et "rassemblement et collaboration pour commettre des crimes contre la sécurité nationale" . Les accusations découlent de ses activités syndicales pacifiques, y compris l'association avec l'Internationale de l'Education, la plus grande fédération syndicale mondiale et l'organisation de manifestations pacifiques avec des enseignants et des membres de l'AIBT en dehors du parlement iranien en mai 2015 pour protester contre autant contre le budget de l'éducation et les salaires du secteur, tous deux considérés comme faibles et contre l'emprisonnement de militants des syndicats enseignants. La sentence a été confirmée en appel en octobre 2016.

Esmail Abdi a été arrêté pour la première fois par les responsables de la Garde révolutionnaire le 27 juin 2015 après avoir tenté d'obtenir un visa pour participer au 7e congrès mondial de l'éducation à Ottawa, au Canada, en juillet 2015. Il a été maintenu en isolement dans la section 2A de la prison d'Evine , qui est administrée par les gardiens de la révolution, pendant 40 jours, puis transféré dans les sections 7 et 8 de la prison d'Evin, où il a été mélangé avec des prisonniers condamnés pour des crimes ordinaires pendant 10 mois dans de mauvaises conditions. Il a été libéré sous caution le 14 mai 2016. Sa libération a été prononcée 14 jours après avoir entamé une grève de la faim pour protester contre son propre emprisonnement et celui d'autres syndicalistes et enseignants basé sur de fausses accusations dans le domaine de la sécurité nationale ; La répression d'assemblées pacifiques et des grèves des syndicalistes ; L'interdiction des manifestations indépendantes pour la Journée internationale du travail et la Journée mondiale des enseignants ; Et l'existence persistante de salaires inférieurs qui tombent en dessous du seuil de pauvreté. Dans une lettre ouverte datant de l'intérieur de la prison en avril 2016, Esmail Abdi a écrit : "En jugeant d'après des preuves utilisées pour émettre des verdicts contre moi, vous pourriez dire que tout effort ... pour améliorer la vie et les moyens de subsistance des enseignants et des travailleurs en Iran peut être considéré comme un agissement contre la sécurité nationale ».