arrestation iranCSDHI - Dans la prison de Rajaï Chahr, en Iran, les gardiens de prison, plusieurs agents des services du renseignement et le directeur de la prison ont attaqué des détenus appartenant à une minorité religieuse.

Les unités antiémeutes ont utilisé des gaz lacrymogènes et ont attaqué les détenus à l'aide de matraques. Les jambes d'un certain nombre de détenus ont été brisées lors de cette attaque.

 
Ce raid, qui a lieu mercredi matin sur l'ordre du gardien Ziaei, concerne des unités équipées de matériel antiémeute et de gaz lacrymogène qui ont attaqué le hall 21 du quartier 7 de la prison.
 
D'autres informations sur l'attaque contre des prisonniers sunnites indiquent que des centaines de membres de cette unité anti-émeute ont pris part à ce raid vicieux.
 
Lors de la première vague, un grand nombre de membres de l'unité anti-émeute équipés d'un équipement complet sont entrés dans la section et ont commencé à attaquer les détenus. Lors d’une deuxième vague, les forces de sécurité ont utilisé des fusils spéciaux pour tirer des gaz lacrymogènes sur les prisonniers. Selon des sources, tous les tortionnaires connus de la prison, y compris les interrogateurs, les gardiens, les adjoints de la prison et les membres des unités anti-émeute ont été vus participant aux attaques.
 
Les autorités pénitentiaires ont laissé les détenus souffrir et leur ont refusé toute assistance médicale. Certains des détenus blessés, et souffrant de fractures aux bras et / ou aux jambes, ont même été transférés en isolement et seraient actuellement dans des conditions critiques. Il n'y a pas d'autres informations sur ces détenus.
 
Sept des détenus, tous souffrant de bras et / ou de jambes cassés, et les mains et les pieds liés, ont été transférés en isolement à la suite de l'attaque.
 
Les noms des prisonniers actuellement en isolement cellulaire sont :
Taymur Naderizadeh
Hamzeh Darvish
Mariwan Karkuy
Vers le fond de Ghoreishi
Namegh Daldal
Farhad Salimi
Jamal Ghaderi
 
Selon des militants des droits humains au Kurdistan, les autorités ont mené cette opération après le refus du prisonnier sunnite Towhid Ghoreishi de comparaître devant un tribunal.
 
Ghoreishi a été transféré à la prison d’Evine à Téhéran le 8 août alors qu’il ne restait que 11 mois à purger sur sa peine de 5 ans. Il se trouve derrière les barreaux pour fausse accusation de « propagande contre l'État » et a été interrogé dans le quartier 209.
 
Après cinq mois de détention en isolement et une longue liste de harcèlement physique et psychologique, Ghoreishi a été condamné pour fausse accusation de « collaboration dans le but de prendre des mesures contre la sécurité nationale » en soutenant des groupes dissidents et pour « propagande contre l'État ». Le 5, les autorités de la prison de Rajaï Chahr ont menacé Ghoreishi pour le forcer à comparaître devant le tribunal, mais celui-ci a refusé. 
 
Source : Iran HRM - 7 février 2019
 
0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter

RT @afchine_alavi: Scène d'affrontements entres les jeunes et les forces de répression du régime iranien après un match de foot au stade Sa…

csdhi.org

RT @afchine_alavi: Durant les affrontements entres les jeunes et les forces de répression du régime iranien après un match de foot au stade…

csdhi.org

RT @afchine_alavi: Après un match de foot au stadium Sahand à Tabriz nord ouest Iran des affontements éclatent vendredi entre les jeunes et…

csdhi.org