Pin It

esmail bakshi iranCSDHI - Le 4 janvier 2019, le syndicaliste, Esmail Bakhshi, a révélé dans une lettre publiée sur Instagram qu'il avait été roué de coups au cours des 25 jours passés dans un centre de détention dirigé par le ministère du renseignement du président Rohani.

Selon sa lettre ouverte, il a subi des blessures physiques graves et durables.

Esmail Bakhshi, représentant des travailleurs de la Compagnie de canne à sucre Haft Tappeh qui manifestaient à Shush, dans le sud-ouest de l'Iran, a déclaré : « Au cours des premiers jours, sans raison ni conversation, ils m'ont torturé et battu, à mort, à coups de poing ».

Ils m'ont tellement battu que je n'ai pas pu bouger dans ma cellule pendant 72 heures. J'avais tellement mal que je ne pouvais même pas dormir sans souffrir.

« Aujourd'hui, près de deux mois après ces jours difficiles, j'ai encore mal aux côtes, aux reins, à l'oreille gauche et aux testicules », a-t-il ajouté.

« Mais pire que la torture physique, c’était la torture psychologique. Je ne sais pas ce qu’ils m’ont fait, mais je me suis transformé en rat égoutté.

Mes mains tremblent encore. J'ai encore de graves attaques de panique malgré les médicaments contre l'anxiété ».

Appelant le ministre du renseignement et le chef du gouvernement Mahmoud Alavi à un débat sur les mauvais traitements infligés aux détenus, le militant a également déclaré que le journaliste Sepideh Qolian, arrêté au même moment, a été victime d'un langage sexuel abusif.

Bakhshi a écrit sur sa page Instagram : « Les tortionnaires, qui se présentaient comme les soldats inconnus de l'Imam caché [les chiites], vociféraient des termes sexuels vitupératifs tout en nous tabassant ».

Bakhshi a demandé à Alavi : « En tant que membre du clergé, et du point de vue de la morale et des droits humains, dites-nous quelle est la peine qui incombe à ceux qui torturent des prisonniers. Est-il permis de torturer des prisonniers ? Si c'est le cas, dans quelle mesure ? Le ministère que vous dirigez a-t-il le droit de surveiller secrètement des conversations téléphoniques privées ?

Esmail Bakhshi a également accusé le gouvernement d'avoir tiré profit de son téléphone avant son arrestation et d'avoir écouté ses conversations privées.

« Le deuxième problème qui est beaucoup plus important pour moi et ma famille que les tortures physiques et mentales, est que votre service du renseignement a écouté avec moi les conversations téléphoniques de ma famille. Mon interrogateur m'a dit qu'il savait tout sur moi, y compris les disputes avec ma femme au sujet de mes activités en matière de droits du travail. Je leur ai demandé comment ils savaient et ils ont dit que mon téléphone était déjà sur écoute depuis longtemps, ce qui m'a énervé lors des interrogatoires », a écrit la militante syndicale.

« Est-il permis, moralement, humainement et islamiquement, d’écouter les conversations les plus privées de la population ? De quel droit votre service du renseignement a-t-il écouté mes conversations téléphoniques intimes et celles de ma chère épouse ? », a-t-il demandé au ministre du renseignement.

Esmail Bakhshi a lancé un défi à Alavi lors d'un débat télévisé en direct sur les conditions de détention dans les prisons et les centres de détention à travers l'Iran. Alavi n'a pas encore répondu.

Bakhshi, porte-parole du syndicat du complexe industriel de canne à sucre, Haft Tapeh, a été arrêté le 20 novembre 2018 au cours des actuelles manifestations, réclamant des salaires impayés. Il a été libéré sous caution le 12 décembre.

Selon des informations antérieures, Esmail Bakhshi aurait été torturé en prison et transféré à l'hôpital, bien que ces informations aient été démenties par des responsables de la province du Khouzistan, dans le sud du pays, où réside Bakhshi.

Source : Les droits de l’homme en Iran