tremblementCSDHI - Selon un rapport officiel d'ISNA, le 5 décembre, un responsable de la santé de Kermanshah a annoncé la mort de 11 femmes enceintes et de 39 enfants d'âge préscolaire dans les régions sinistrées de la province de Kermanshah, dans l'ouest de l'Iran.

Ibrahim Shakiba, chef du centre de santé de Kermanshah, a déclaré lors d'un point de presse, lundi, que les femmes étaient mortes à Sarpol-e Zahab, mais que les enfants venaient de trois villes : Sarpol-e Zahab, Salas Babajani et Dalahou.


Il n’a pas expliqué la raison de la mort des enfants et s’est contenté de faire une déclaration générale sur les décès de femmes enceintes, disant qu'ils étaient « dus aux problèmes causés par le tremblement de terre ».


Dans les deux premiers jours après le tremblement de terre, trois enfants sont morts en raison du fait qu'ils étaient sans abri malgré le froid glacial et le manque d'attention du gouvernement.


Le récent tremblement de terre massif dans l'ouest de l'Iran a rendu veuves de nombreuses femmes et détruit des ressources de vie et beaucoup plus.


Le média officiel Salamat a rapporté le 19 novembre qu'une centaine de femmes ont perdu leurs maris dans le tremblement de terre et sont devenues des mères célibataires, responsables de leur foyer. Le chiffre est bien sûr une estimation conservatrice basée sur le chiffre de 520 morts, déclaré par les médias officiels en Iran. Les chiffres réels, cependant, sont beaucoup plus élevés. Un député du Majlis (Parlement) a déclaré au Parlement qu'au moins 1 000 personnes étaient mortes lors du tremblement de terre, tandis que des habitants locaux ont déclaré que des milliers de personnes avaient été tuées.

 

Source : Les droits de l’homme en Iran

Recherche

Twitter