MaedeCSDHI - Abdolfattah Soltani, qui a passé la plus grande partie de sa carrière juridique à défendre les prisonniers politiques avant de devenir lui-même l'un d’eux, continue de se voir refuser une libération conditionnelle et un traitement médical adéquat alors qu'il entre dans sa septième année de détention, a déclaré sa fille au Centre pour les droits de l’homme en Iran (CDHI).

« Conformément à la loi, mon père aurait dû être libéré il y a trois ans après avoir purgé un tiers de sa peine de prison de 10 ans », a déclaré Maede Soltani, le 10 septembre 2017.

"Cependant, le pouvoir judiciaire a empêché que cela se produise, sans aucune raison claire », a déclaré Maede Soltani, qui vit en Allemagne. « Ils ne veulent pas qu'il ne soit libéré juste parce qu'il insiste sur ses droits et son innocence. Le pouvoir judiciaire n'est pas impartial ou indépendant. Le véritable décideur est le ministère du renseignement ».

L'avocat spécialiste des droits de l'homme, âgé de 63 ans, se trouve derrière les barreaux depuis 2011, purgeant une peine d'emprisonnement de 13 ans pour « avoir reçu le prix international des droits de l'homme de Nuremberg en 2009 », « pour avoir tenu des interviews avec les médias concernant les affaires de ses clients », et « parce qu’il est co-fondateur du Centre des défenseurs des droits de l'homme ».

Selon Maede Soltani, un responsable judiciaire a explicitement informé sa grand-mère, Masoumeh Dehghan, que le ministère du renseignement, en tant qu'autorité d'arrestation, s'oppose à libérer l’avocat malgré son admissibilité à la libération conditionnelle et du fait qu'il soit en mauvaise santé.

Elle a ajouté que les autorités sont contrariées par le fait que des militants proéminents ont rendu visite à Soltani quand il avait, dans le passé, obtenu un congé temporaire médical.

« C'est une violation de la loi et il est abusif de demander pourquoi des personnalités politiques de l'opposition ou des critiques du gouvernement sont venus le voir pendant qu'il se trouvait en congé », a-t-elle déclaré. « Nous ne pouvons pas fermer la porte de notre maison lorsque nos amis et collègues viennent nous rendre visite ».

L'article 58 du code pénal de l'Iran permet aux détenus d'être libérés conditionnellement après avoir purgé un tiers de leur peine.

« Durant ses six années de prison, mon père a souffert de problèmes digestifs, d’ocillations de sa pression artérielle et d'anémie, et aucun de ces problèmes de santé n'existait avant qu’il ne soit incarcéré », a déclaré Maede Soltani au CDHI.

« Même les médecins ont déclaré que ses problèmes de santé sont dus à son emprisonnement et qu'il a besoin de soins médicaux et de repos », a-t-elle ajouté. « Mais les responsables judiciaires donnent toutes sortes d'excuses pour s'opposer à une permission médicale ».

Maedeh Soltani a critiqué le président Hassan Rohani de ne pas empêcher le ministère du renseignement, qui opère sous ses ordres, d'abuser des droits des citoyens.

"M. Rohani a dit quelques slogans en faveur de la défense des droits des citoyens, mais cela n'a fait aucune différence dans les décisions du ministère du renseignement, sinon mon père, qui est un défenseur des droits et des libertés des citoyens, ne serait pas assis en prison », a-t-elle dit. « Je crois que le ministère du renseignement est encore géré par le même gang qui a retiré la liberté à mon père ».

 

Source : CDHI

Recherche

Twitter